Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 21:19

La Toscane est le symbole de l'art de vivre à l'italienne, fait de doux paysages, de villes d'art, de bon vin et de bonne nourriture. Florence, Pise, Sienne... Des villes associées aux plus grands noms de l'art, et à l'une des civilisations les plus brillantes.

Le Piémont a une image plus austère, à l'image de sa capitalie, Turin, plus connue pour son industrie automobile et son club de foot que pour ses monuments, contrairement à Florence. Quant aux autres villes, leur nom n'évoque pas les grands artistes et les grandes oeuvres d'art comme Florence ou Sienne.

Pourtant, le Piémont est certainement l'une des régions d'Italie où l'on mange et boit le mieux, principalement dans le secteur des Langhe, aux paysages de collines couvertes de vignes. Il faut alors prononcer les noms d'Alba, capitale de la truffe, de et de Barolo, appellation la plus prestigieuse de la viticulture italienne. C'est le pays des cépages dolcetto (d'Alba, d'Asti, de Dogliani...), barbera (d'Alba, d'Asti, del Monferrato), et nebbiolo (roi des barolo et barbaresco).

Nous sommes partis à la fin du mois de juillet, en voiture, moyen beaucoup plus pratique pour rayonner sur place et ramener quelques cartons de spécialités locales. Nous avions réservé à l'hôtel Barbabuc (ce n'est pas la maison des barbapapa, tout comme le barbaresco n'est pas leur boisson favorite), relai du silence, ancien relai de poste reconverti en hôtel en plein centre de la ville de Novello.

C'est un petit hôtel tranquille, accueillant, situé presque en face d'un parking. Le personnel est charmant, les chambres donnent à l'arrière sur une petite cour, dans laquelle se prennent les repas, au calme. On n'entend que les oiseaux et les cloches de l'église.

Novello, comme tous les autres villages de la région, est situé en haut d'une colline, et domine les vignes et les villages des alentours. En restant plus longtemps, je suis certain que nous aurions rapidement fait connaissance avec la plupart des habitants, à force de croiser les mêmes personnes et d'échanger quelques mots avec chacun d'entre eux - la présence de notre chien a beaucoup aidé, il est vrai.

Une rue traverse le village, au centre duquel se trouve l'église, en brique, à l'intérieur baroque chargé. Sur le côté, une petite place, avec un bar, prolongé par une rue en corniche dominant le nord et l'est de la région : Monforte, Barolo, et le domaine du vigneron Elvio Cogno. Après l'église, une place, une rue centrale conduisant au château (une grosse bâtisse XIXème siècle transformée en hôtel, très cinématographique), et des rues circulaires ménageant de superbes vues sur toute la région.

Sous l'église, dans la crypte, il est possible, moyennant quelques euros, de déguster du vin des producteurs de la commune. Les vins sont à vendre, ce qui peut être pratique quand on ne peut ou ne veut pas rendre visite à tous les domaines. Bien vérifier les heures d'ouverture. Ce lieu d'exposition vente des domaines de la commune se retrouve dans la plupart, sinon la totalité, des villages de la région.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

Les Langhe est une région entièrement couverte de vignes. C'est une langue de terre s'étirant en longueur du nord au sud, en présentant une excroissance vers l'est. Elle est bordée au nord et sur son flanc ouest par la rivière Tanaro, au delà de laquelle s'étirent des zones de plaine. Novello se trouve au centre ouest de la région. A partir de ce village, il est facile de rayonner dans toute la zone, qui n'est pas très étendue.

Au nord-est, à l'extérieur des Langhe, dans la plaine, se trouve la grande ville, Alba. C'est la capitale de la truffe. Assez jolie, la ville est riche, et ses rues piétonnes ne se privent pas de proposer de nombreux commerces vendant des produits à base de truffe. Assez touristique, la ville n'en est pas moins jolie et agréable.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

Alba a donné son nom à plusieurs villages : Vittoria d'Alba, Gallo d'Alba, Montelupo Albese, Serralunga d'Alba, et Monforte d'Alba. Cette dernière, située en plein centre des Langhe, est une ravissante cité, dominée par son clocher et sa vieille ville, accessible par de charmantes ruelles toutes propres. Sur la place centrale, en bas de la vieille ville, plusieurs restaurants, dont une pizzeria.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

Au nord de Novello, se trouve le village de Barolo, qui a donné son nom à l'appellation certainement la plus connue et la plus prestigieuse d'Italie. C'est un charmant village, visiblement riche, le long des rues duquel s'alignent les restaurants, bars, et marchands de vin. On y trouve également quelques producteurs, dont certains connus dans le monde entier.

Encore plus au nord, la ville de La Morra, plus importante, domine le paysage de toute sa hauteur. On y trouve également quelques producteurs connus, un marché, et toujours les jolies rues et une église imposante. Non loin, le caveau qui vend les vins des producteurs de la commune. Nous avons pour notre part rendu visite directement à Enzo Boglietti, dont le femme nous a gentiment accueillis, et nous a fait découvrir les excellentes barbera d'Alba, ainsi que les Barolo, dont le Brunate, qui m'avait enchanté dans un restaurant au Japon.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

En s'éloignant, on peut aussi trouver le secteur de Roero, dont l'appellation utilise le nebbiolo en rouge le l'arneis en blanc, et le village de Barbaresco (au nord-est d'Alba), dont l'appellation est un peu moins prestigieuse que barolo, mais qui offre des vins du même cépage dont certains peuvent rivaliser avec ceux de sa grande soeur.

Le village est tout petit, situé lui aussi sur un promontoire, dans un joli paysage proche de Neive, dominant les vignes et la rivière Tanaro. Le village est principalement constitué d'une rue, peu animée, fermée de chaque côté par une église. On peut y trouver quelques producteurs, dont la célèbre maison Gaja. L'une des deux églises, la plus proche de la mairie, n'est plus utilisée pour les offices religieux, mais comme caveau de dégustation et vente des vins produits par les producteurs de la commune. Nous y avons acheté quelques bouteilles, dont l'une, bue récemment, était excellente. Il s'agissait de Na Giurna, Azienda Agricola Elia, millésime 2011, prix 20 €. Tanins bien fondus, belle finesse aromatique. Comme un bourgogne, mais en moins rond, moins fruité, d'apparence plus sévère.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

En sortant du secteur des Langhe, au nord-ouest, de l'autre côté de la rivière Tanaro, se trouve la belle ville de Bra, siège du mouvement Slow Food de Carlo Petrini. Nous avons déjeuné dans la cantine de Slow Food, l'Osteria del Boccondivino. Dans deux bâtiments entourant une grande cour, plusieurs salles se succèdent, comme autant de salles à manger, dans lesquelles sont servies les spécialités de la région : charcuteries, viandes, légumes, et aussi les pâtes locales, les longues et très fines tajarin. Succulent.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

La ville elle-même est assez grande, et très italienne, c'est à dire monumentale, avec ses rues bordées de beaux bâtiments, et ses églises et (petits) palais Renaissance ou assimilé.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN

Autre jolie ville, assez anecdotique toutefois, Bene Vagienna, au sud-ouest de Novello, de l'autre côté de la rivière Tanaro. Elle présente la particularité de posséder de nombreux noms de rues en français, pour rappeler qu'au temps de Napoléon, la région était un département français.

Ensuite, il faut bien revenir, dans notre pays où toutes les rues ont des noms français. Nous nous sommes d'abord arrêtés à Turin, faire nos courses chez Eataly, paradis des ingrédients de qualité de la cuisine italienne. Il en existe d'autres dans le monde, plusieurs à Tôkyô, même un à New-York, capitale culturelle du pays de la mal-bouffe, mais pas à Paris ! L'affront devrait être réparé en 2017 ou 2018, avec l'ouverture d'un Eataly dans le Marais, derrière le BHV, sous l'égide des Galeries Lafayette. Vivement 2017, comme diraient nos politiques, mais pour d'autres raisons.

Et comme acheter de la nourriture donne faim, nous nous sommes arrêtés via Monferrato, au restaurant Monferrato, vieille institution d'excellente qualité, où l'on vous sert directement à partir de grandes poeles hors d'âge.

Après, on peut soit rentrer directement à Paris, soit faire une transition en s'arrêtant en Bourgogne, par exemple chez Jean-Pierre Michel, vigneron de Viré-Clessé à l'excellent rapport qualité-prix. Petit bémol, lui aussi est frappé de la malédiction de la Bourgogne : région peu étendue, faibles récoltes plusieurs années de suite, forte demande mondiale, donc peu de vin à vendre, certaines cuvées étant épuisées.

Nuit à Tournus, à l'hôtel Les Terrasses, dont la modestie des chambres tranche avec la qualité du restaurant, gastronomique moderne, au service attentionné. Les vins sont régionaux, et tout à fait appréciables, même si certains n'ont pas reçu l'appellation Viré (Clessé) qu'ils méritaient.

Pour digérer, petit tour dans Tournus endormie, jusqu'à la superbe église romane.

LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
LANGHE : LE PAYS DE LA TRUFFE ET DU VIN
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 21:19

Ce n'est pas que cette zone, en limite d'Insa Dong, soit belle. Ce sont quelques petites rues, piétonnes, bordées de vieux murs cachant des maisons certainement aussi vieilles. On y croise peu de monde. C'est un quartier populaire, sans richesse arcitecturale, sans décors, modeste.

Mais il a une histoire. Comme une personne âgée, assise dans son fauteuil, il a beaucoup de choses à raconter, même si peu y prêtent encore attention. Menacé par les tours et les quartiers modernes, il semble se demander combien de temps il va survivre à ce monde qui lui devient étranger. A moins qu'une "gentrification", ou une "boboïsation" le momifiant dans sa forme, le rendant trop beau, trop propre, et lui enlevant son âme pour le conserver en se l'appropriant.

LE VIEUX SEOUL EN NOIR ET BLANC
LE VIEUX SEOUL EN NOIR ET BLANC
LE VIEUX SEOUL EN NOIR ET BLANC
LE VIEUX SEOUL EN NOIR ET BLANC
LE VIEUX SEOUL EN NOIR ET BLANC
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 20:48

Les temples de Bulguksa et Haiensa furent parmi les plus beaux endroits qui nous ont été donnés à voir. L'une des particularités des temples coréens est qu'ils sont bien souvent construits dans la nature. Nous avons en effet vu peu de temples en ville, en dehors de Samgwangsa à Busan.

Cet isolement ajoute à la dimension spirituelle et au mystère des lieux. A Gyeongju, le temple de Bulguksa se trouve en lisière de zone urbaine, à l'orée d'une forêt montagneuse. On n'est donc pas en pleine nature, même le nombre des bâtiments et les dimensions de l'ensemble font vite oublier la ville proche.

COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC

Par contre, Haiensa se mérite. C'est un ensemble de temples situé dans une zone montagneuse et boisée, à l'écart de toute ville. Une fois sorti du temple proprement dit, on se retrouve dans une forêt, et l'on peut marcher des heures dans la nature, sans rencontrer âme qui vive ou presque, en dehors des animaux et des plantes.

Les seuls bruits sont ceux des oiseaus, des ruisseaux et du vent dans les arbres. Puis, au hasard des sentiers, on tombe sur des temples plus petits, des hermitages, endroits serins, magnifiques de sérénité et de paix dans leur écran de verdure.

COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
COREE : HAIENSA ET BULGUKSA EN NOIR ET BLANC
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 21:55

A Gyeongju, autour du parc aux tumuli, se trouve un petit quartier tranquille, ancien, où le temps s'est arrêté. On y déambule, calmement, presque seuls, entre les murs peints en blanc, rappelant parfois l'Andalousie. Les jolis toits en tuiles vernissées noires et les écritures nous rappellent que nous sommes en Corée.

Derrière certaines portes, se dessinent des maisons hors d'âge, qui attendent quelques wons et une bonne volonté pour retrouver leur beauté et leur jeunesse.

COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
COREE : GYEONGJU EN NOIR ET BLANC
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 21:26

Petit tour près du port de Busan. Port très important, porte sud de la Corée sur l'Asie. La zone portuaire est animée, notamment de par la présence de son imposant marché aux poissons. Dans les allées, les poissonniers nettoient leurs étals. Dans les étages, les derniers clients terminent leur repas, assis derrière la baie vitrée donnant sur la mer.

A l'extérieur, les femmes de pêcheurs vendent leur poisson, assises sur le sol. Plus loin, c'est un autre marché qui commence : légumes, fruits, herbes, viande. Puis viennent les vendeurs de nourritures cuisinées, et enfin les galeries, avec les vêtements, les équipements pour la maison, puis enfin les livres, dans une zone plus tranquille, au pied d'un escalier conduisant à une colline.

COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
COREE : BUSAN EN NOIR ET BLANC
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 21:30

Au sud de la Corée du Sud se trouve l'île de Jeju. Au sud de l'île de Jeju se trouve le port de Seogwipo. Port de pêche, un peu port commercial, il attire les touristes, qui viennent y loger dans les nombreux hôtels s'étirant le long de la côte.

On y retrouve la douceur du sud, le climat ensoleillé, le rythme de vie tranquille, les oranges, les nourritures simples et saines, les cascades dans la forêt, ou tombant dans la mer.

Seogwipo semble s'étendre paresseusement, dans une sorte de langueur pleine de lumière.

JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
JEJU - SEOGWIPO EN NOIR ET BLANC
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 21:18

Voici, en vrac, quelques-uns des endroits les plus intéressants et/ou les plus agréables de Séoul. Commençons par une promenade presque buccolique, le long de la rivière Cheonggyecheon.

Recouverte par une route dans les années 1950, elle a été redécouverte il y a une dizaine d'années. Aujourd'hui, elle serpente sur près de 6 kilomètres au sud d'Insa Dong, bordée par des quais piétons, très arborés. Au dessus, se trouvent la route, et les tours des quartiers d'affaires, comme dans n'importe quelle autre ville moderne de la planète. C'est comme une oasis de paix au milieu de la ville.

A l'extrémité ouest, des passages à gué ont été aménagés, et anniversaire du Bouddha oblige, lors de notre passage, des lanternes avaient été installées. Alors que nous faisons une petite pause, un homme vient discuter avec nous. Malgré ses 75 ans, il parle très bien anglais. C'est un Coréen né à Fukuoka, il parle un peu japonais, et apprend le chinois et le thaïlandais. Il essaie de pratiquer en venant bavarder avec les touristes. Il nous raconte son voyage en Italie, il y a 40 ans.

DERNIERE PROMENADE A SEOUL
DERNIERE PROMENADE A SEOUL
DERNIERE PROMENADE A SEOUL
DERNIERE PROMENADE A SEOUL

De là, on peut se diriger vers le nord, pour retrouver la porte Gwanghwamun et les palais qui l'entourent, ou bien vers le sud, où se trouve la porte Namdaemun, ou porte du sud, à proximité de l'Hôtel de Ville.

La porte, ancienne, est perdue au milieu des gratte-ciels, les rues sont anîmées, c'est visiblement la pause de midi. Quartier sans personnalité particulière, on dirait New-York ou n'importe quelle autre ville d'inspiration états-unienne.

DERNIERE PROMENADE A SEOUL
DERNIERE PROMENADE A SEOUL

Juste à côté se trouve le marché de Namdaemun, puis celui de Dongdaemun. C'est le plus intéressant du quartier, pas forcément pour y faire ses courses, mais pour y découvrir la vie locale authentique. Les marchés sont en effet parmi ce qui se fait de plus intéressant en Corée.

Ici, plusieurs marchés se succèdent, alimentaire, vestimentaire, etc. Il faut de bonnes chaussures pour tout parcourir, car les rues commerçantes, les galeries et les passages se succèdent sur des kilomètres.

DERNIERE PROMENADE A SEOUL
DERNIERE PROMENADE A SEOUL

Enfin, petit détour vers l'ouest de la ville, dans un quartier excentré appelé Hongdae, quartier anîmé, plus jeune, enfin. C'est le quartier étudiant de la ville, ceci explique cela. Nombreuses boutiques, le temps est beau, de nombreux jeunes déambulent entre les magasins de vêtements et les cafés du quartier. On trouve là aussi de nombreux marchands ambulants, vendant toutes sortes d'articles. Le commerce de rue est, avec les marchés, l'une des attractions les plus intéressantes du pays.

26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 21:46

Myeong Dong est l'un des principaux quartiers commerçants de Séoul. Situé près d'Insa Dong, il consiste en deux ou trois rues, menant à un grand magasin Lotte.

Le jour où nous sommes passés, c'était très animé, mais circulable. Les rues sont piétonnes, ce qui est agréable, sont bordées par des magasins. Les enseignes sont des chaînes coréennes ou internationales.

Cela peut faire penser à Shibuya, mais en moins grouillant, moins grand et surtout moins excentrique et moins original. Par contre, une différence appréciable : la présence de marchands de nourriture au milieu de la rue.

Après avoir mangé (dans un restaurant), nous avons essayé un salon de massage. Le jeune homme qui nous y a conduit parlait japonais, tout comme la femme à l'accueil, très sympathique. Le salon se trouvait à l'étage d'un petit immeuble. Le massage se faisait dans une grande salle, à côté de plusieurs autres personnes. C'était à la chaîne.

Une séance folklorique, avec un masseur dur, qui de plus éructait régulièrement, et à côté de moi, un Japonais qui ronflait.

SEOUL : MYEONG DONG
SEOUL : MYEONG DONG
SEOUL : MYEONG DONG
SEOUL : MYEONG DONG
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 21:50

Je vous propose une petite expérience. Dites autour de vous, à vos collègues, vos amis, vos connaissances, que allez en Corée. Comptez alors le nombre de personnes persuadées d'avoir inventé la blague du siècle en vous demandant : "Corée du Nord ou Corée du Sud ?" Croyez-moi, vous approcherez, voire atteindrez le 100 %.

Les premières fois, vous sourirez poliment. Puis, petit à petit, votre sourire se fera plus faible, moins poli, jusqu'au moment où vous vous entendrez dire, à des personnes que pourtant vous aimez beaucoup, que ce n'est jamais que la 150ème fois que vous entendez cette blague, certes fort drôle, mais pas franchement neuve.

Il est vrai que nous entendons parfois plus parler des actions de la Corée du Nord que de la culture de la Corée dans son ensemble ou des réalisations de la Corée du Sud. Nous avons une image très lointaine, voire folklorique, de la division du pays. Nous l'assimilons même à la division de l'Allemagne, en pensant que tôt ou tard, une réunification se fera, naturellement.

Nous n'oublions que trop que la division a donné lieu à une guerre terrible, ayant ravagé le pays, que cette guerre est encore douloureuse, qu'elle est encore présente, toute comme la division. D'un même pays, culturellement et ethniquement homogène, sont nés deux nations, hermétiquement séparées, se tournant presque le dos, et évoluant dans deux directions radicalement différentes, devenant des pays ennemis et étrangers.

La Corée n'est donc pas un pays normal. Au Nord, se trouve une dictature fermée, ayant créé un monde complètement artificiel, basé sur un système unique au monde, et qui ne pourrait pas subsister si le pays n'était pas complètement fermé et sévèrement contrôlé. Le sud est un pays encore pauvre, capitaliste, ravagé par la guerre, qui recommence à se découvrir, et qui essaie de se réinventer, coincé entre le mastodonte chinois, un Japon fascinant dans sa capacité à se réinventer en restant lui-même tout en intégrant les codes de la mondialisation, le tout sous une sorte de pseudo colonialisme bienveillant de la part des Etats-Unis.

Même si le pays vit en paix, dans une sécurité appréciable, la guerre n'est jamais bien loin, même si elle est aujourd'hui à peu près froide. Elle est présente par le nombre de militaires croisés dans la rue, dans les gares - il s'agit d'appelés se rendant à leur caserne ou se promenant, et non de militaires en armes assurant la sécurité des rues. Le service militaire est donc toujours obligatoire, et les informations télévisées montrent régulièrement des exercices militaires.

A Séoul, existe un mémorial de la Guerre de Corée. Entre 1950 et l'armistice de 1953, elle a ravagé le pays, déplaçant des millions de Coréens, et en tuant environ 2 millions. Le mémorial est un grand bâtiment, construit au milieu d'une esplanade, dans un quartier un peu désert.

On y trouve plusieurs momuments, comme celui dédié aux deux frères ayant combattu chacun dans un camp opposé. Sur le côté, sont exposés des avions militaires d'époque.

L'intérieur prend plusieurs heures. Il permet de découvrir des faits souvent ignorés en Occident sur cette période. Il est par contre indispensable de visiter en lisant son guide, car l'exposition, même si elle est bien faite, n'en demeure pas moins très pro Etats-Unis et pro Corée du Sud. Les responsabilités des pays du bloc occidental ne sont pas mentionnées, et le discours est bien souvent de la pure propagande. Très intéressant tout de même à condition de recadrer la présentation avec des explications plus objectives.

SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE

Il est très intéressant ensuite d'aller au Musée National pour découvrir la culture coréenne ancienne. Le musée est un beau bâtiment, agréable, présentant des objets anciens et des oeuvres d'art provenant des anciennes civilisations ayant donné naissance au pays. Il faut y consacrer au moins une demi-journée.

SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 22:15

En Corée, il semble n'y avoir qu'une seule chaine de grands magasins : Lotte. Il en existe d'ailleurs plusieurs à Séoul, dont un à Myeongdong, le quartier commerçant animé.

Au sud-est de la ville, à l'est du désormais célèbre quartier de Gangnam, se trouve un complexe commercial et de loisirs : Lotte World.

Il est composé d'un parc d'attractions, de cinémas, d'équipements sportifs, d'un centre commercial, et aussi de deux grands magasins.

Le quartier comprend beaucoup de hauts immeubles, tours ou barres, de style assez communiste.

SEOUL : LES GRANDS MAGASINS LOTTE

D'un côté du carrefour, on trouve un grand magasin classique, de style très japonais. Le sous-sol se partage entre une partie réservée à l'alimentation haut de gamme, comme au Japon, et une partie supermarché. C'est dans cette dernière que j'ai trouvé du camembert Les Bons Mayennais, très cher (20 € la boît si mes souvenirs sont bons), et un camembert "Ile de France", fabriqué par une société basée à Viroflay. On est loin du respect de la notion d'AOC.

Les étages ressemble vraiment à des grands magasins japonais, propres, bien tenus, avec des toilettes gratuites à tous les étages.

De l'autre côté du carrefour se trouve un second magasin, réservé aux articles de luxe. Les étages inférieurs ont une décoration très dorée, assez clinquante. Ils sont très peu fréquentés. Par contre, l'étage réservé à la détaxe était noir de monde, la clientèle étant à forte dominante chinoise.

SEOUL : LES GRANDS MAGASINS LOTTE

Au dessus, depuis l'extérieur et depuis l'ascenseur du premier magasin, on pouvait voir une tour en construction, dont la hauteur m'a paru impressionnante. Renseignement pris, il s'agit de la Lotte Super Tower 123. 123 pour 123 étages. A son achèvement prévu pour 2016, elle devrait mesurer 555 mètres, ce qui en ferait l'une des plus hautes du monde.

SEOUL : LES GRANDS MAGASINS LOTTE