Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 21:31

En entendant des informations concernant des domaines dans lesquels j'ai un minimum de compétence, je trouve, généralement, que dis-je, presque toujours, qu'il manque quelque chose.

C'est souvent dû à un manque de compétence de la part du journaliste, qui ne peut évidemment pas connaître précisément tous les domaines, mais qui hélas ne fouille pas ses sujets. Une autre raison est une forme de malhonnêteté, consciente ou non. En effet, au prétexte de vulgariser, le journaliste va effleurer, et au prétexte d'intétéresser, il va mettre en lumière des aspects frappants, voire choquant, au risque de tordre la vérité.

Les politique font de même d'ailleurs, en mettant une cause ou une idée en avant un jour, une autre le lendemain, choisissant un bouc émissaire soit-disant responsable de tous nos problèmes (les fonctionnaires, les enseignants, les professions réglementées, le diesel, les feux de cheminée, et j'en passe). Autant d'anathèmes relayés justement par les medias, sans aucune forme d'analyse, ni explication sur les personnes, les professions ou les domaines en question.

Dans d'autres domaines, pour lesquels je n'ai aucune compétence, je me trouve généralement obligé de rechercher de mon côté, d'approfondir, notamment quand l'information que je reçois me paraît incohérente.

C'est le cas des événements en Ukraine, qui ont été relatés d'une façon qui m'a fait poser beaucoup de questions. Ne connaissant pas du tout cette région, n'ayant pas la moindre sympathie pour le régime russe, j'ai reçu l'information des événements de la place Maidan sans réserve.

Toutefois, petit à petit, les images que je voyais dans nos medias les plus respectés (Le Monde par exemple) ne collaient pas avec les commentaires que j'en entendais. Les medias relataient une révolution démocratique et bon enfant, mais les images montraient des manifestants extrêmement violents, à l'aspect vraiment peu démocratique.

Puis il y a eu l'éviction d'un président élu (personnage peu sympathique au demeurant), par des manifestants, ce qui pour moi ne ressemble pas à un fonctionnement démocratique, faisant la joie des medias français, qui relataient alors l'événement avec un manque de recul et d'objectivité qui m'ont choqué. Ces mêmes medias ont par contre condamné les élections par lesquels les habitants de la Crimée réclamaient leur rattachement à la Russie. La volonté de certains peuples serait-elle plus respectable que la volonté d'autres peuples ? Pourquoi un tel manque de recul de la part de nos medias ?

Il en a été de même lors des événements qui ont suivi : le discours ne collait pas avec une obligation d'information objective, l'information devenait franchement partisane, omettant même certains événements importants. Voici quelques exemples.

La fusillade de la place Maidan, qui a entraîné l'éviction du président de cette époque. La police tire sur des manifestants pacifiques, les medias condamnent. Toutefois, en cherchant dans d'autres medias, on peut trouver des événements qui contredisent la version officielle. Par exemple, sur ARD, chaîne allemande tout ce qu'il y a de plus officielle. Pourquoi ces éléments ne sont-ils pas repris par Le Monde ou Radio France ?

L'écrasement de l'avion de la Malaysian Airlines. L'avion avait à peine touché le sol qu'aussitôt, le président étatsunien déclarait haut et fort qu'il avait les preuves que l'avion avait été abattu par les rebelles prorusses. Pourtant, lors des premiers résultats de l'enquête, rien ne vient confirmer ces affirmations. Les causes ne sont pas connues. Vu de l'extérieur, aucune preuve ne semble établie, donc pour le moment, tout le monde est présumé innocent.

Malgré cela, les articles du Monde sur le sujet n'hésitaient pas à employer la formule "probablement abattu par les rebelles prorusses". Accusation sans preuve, donc.

 

Autre événement : le massacre d'Odessa. Le Monde l'a abordé, avant de vite passer à autre chose. Pourquoi, alors que la fusillade de Maidan a soulevé un tollé dans le monde occidental et nos medias, l'incendie de la Maison des Syndicats d'Odessa, et les dizaines de personnes qui y ont brûlé, n'a pas soulevé le même tollé, comme s'il s'agissait d'un simple dommage collatéral, voire nécessaire ? Pourquoi le gouvernement ukrainien n'a t'il pas été condamné ? Pourquoi aucune sanction n'a été prise vis-à-vis du président Poroschenko et de son gouvernement ?

La volonté d'expansion de Vladimir Poutine. Régulièrement, il est reproché à l'ex officier du KGB d'évoir des visées impérialistes. Toutefois, aucun de nos medias ne précise que depuis qu'il dirige la Russie, en 2000, il n'a pas envahi de territoire, contrairement à l'OTAN, qui avait promis à la Russie de ne jamais s'étendre à l'est de l'Allemagne, avant d'incorporer tous les anciens pays d'Europe Central et de l'Est. La Russie est à nos portes, c'est vrai, mais parce que nous avons déplacé nos portes jusqu'en Russie.

Gorbatchev l'a rappelé l'autre jour, mais seule une partie de son discours a été relatée.

Enfin, l'un des derniers exemples concerne l'accusation, par le gouvernement ukrainien, dont on connaît l'honnêteté, et par l'OTAN, dont on connaît maintenant la crédibilité, d'envoi de troupes russes pour aider les rebelles de l'est ukrainien.

Peu de nos medias mentionnent par contre les aides occidentales à l'armée ukrainienne. Apparemment, les medias allemands sont plus tranparents sur le sujet.

Les medias allemands sont plus transparents, ou alors plus critiques. J'en ai pour preuve cette émission de ZDF, impensable en France. Le propos est caricatural. Est-il juste ? Après tout, il est cohérent, contrairement à l'information officielle. Et justement, son intérêt réside dans la dénonciation des incohérences, des malhonnêtés et des partis pris flagrants de nos medias. Rien que pour cela, ces videos méritent d'être regardées.

Partager cet article

Repost 0

commentaires