Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 20:23

Autant le dire tout de suite, avant de partir en Corée, j'avais une hantise : allais-je pouvoir supporter la nourriture ? En effet, la cuisine coréenne est réputée pour être pimentée. J'étais déjà allé plusieurs fois dans des restaurants coréens en France, et certains plats m'avaient plu, mais d'autres m'avaient posé des difficultés. C'est le cas notamment du kimchi, chou fermenté et pimenté, base de la cuisine coréenne.

Finalement, comme çà a l'air d'inquiéter tout le monde, je tiens à rassurer les lecteurs que tout s'est bien passé, à une exception près. La cuisine coréenne est épicée, pimentée, certes, mais si l'on choisit ses plats, et si l'on est accompagné d'un goûteur (en l'occurence d'une goûteuse) supportant les plats relevés, on arrive sans problème à éviter les pièges.

La cuisine coréenne est relativement simple, et se compose la plupart du temps des éléments suivants : viande (boeuf ou porc), poissons, fruits de mer, légumes, herbes, condiments, grillés, bouillis, en soupe.

Le plus populaire, ou du moins ce que j'ai préféré, c'est le barbecue, car ce n'est pas très gras, et la viande, simplement grillée, n'est pas épicée. On la consomme souvent dans des feuilles de salade, avec l'accompagnement choisi, et de l'ail, servi sur la table par gousses, que l'on peut manger crues ou également grillées. On grille généralement du boeuf (spécialité par exemple de Andong), du porc (comme le porc noir de Jeju).

A chaque fois, sont posés sur la table nombre de petits plats, de légumes, d'algues, d'herbes, de condiments, mais également du riz, ou de la soupe, ou du tofu.

Boeuf de Andong : on voit les ciseaux servant à couper la viande avant de la griller.

Boeuf de Andong : on voit les ciseaux servant à couper la viande avant de la griller.

Porc noir de Jeju et ses gousses d'ail.

Porc noir de Jeju et ses gousses d'ail.

Table à la coréenne, avec tous ses petits plats d'accompagnement.

Table à la coréenne, avec tous ses petits plats d'accompagnement.

Barbecue "Secret Garden", dans une cour à Insa Dong, Séoul.

Barbecue "Secret Garden", dans une cour à Insa Dong, Séoul.

On peut aussi cuire la viande en la trempant dans une marmitte, dans laquelle cuisent de l'eau agrémentée de sauce soja, et dans laquelle mijotent également des herbes, des champignons, des poireaux, oignons, etc.

COREE : LA CUISINE

Ensuite, on peut goûter de nombreuses soupes, très variées. Servies dans de grands bols en terre très chauds, elles se composent d'un bouillon dans lequel on trouve du poireau, des légumes, des herbes, des épices, de la viande ou du poisson. L'une des plus connues est le samgyetang, ou soupe de poulet, qui nous a bien régénérés après le typhon subi à Seongsan.

COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE

Autre spécialité bien connue, le bibimbap. Servi dans un grand bol très chaud, c'est un mélange de riz, de viande et de légumes, avec une sauce plus ou moins épicée. J'avoue que celui que j'ai mangé au Lotte de Myeong Dong à Séoul était tellement épicé que rien que la fumée m'a fait pleurer et tousser. Quant à le manger, c'était du domaine de l'impossible. Heureusement, nous avions aussi commandé des sortes de crèpes, non épicées et très bonnes.

COREE : LA CUISINE

Il existe également, comme en Chine ou au Japon, les raviolis, servis directement ou en soupe. Il en existe une grande variété, généralement très bons, et pas forcément épicés.

COREE : LA CUISINE

Ces raviolis peuvent être fourrés à la viande, aux légumes, ou aux crevettes. Dans cette péninsule, les poissons se trouvent souvent sur la table, grillés, ou en soupe. On en trouve beaucoup aussi sur les marchés, tout comme les fruits de mer, pas toujours identifiables.

Ce que représente la troisième image est laissé à votre libre interprétention.
Ce que représente la troisième image est laissé à votre libre interprétention.
Ce que représente la troisième image est laissé à votre libre interprétention.

Ce que représente la troisième image est laissé à votre libre interprétention.

Tous ces plats, comme il a été dit plus haut, sont toujours accompagnés de nombreux légumes, d'herbes, d'algues, de ginseng, etc. Cela donne donc une cuisine pas forcément variée, pas forcément gastronomique, mais assez peu calorique, savouveuse, complète et saine.

On trouve ces accompagnement, souvent pimentés, tout comme les herbes ou les légumes, sur les marchés, ou même dans les rues, comme nos marchands des quatre saisons d'autrefois.

Divers assortiments pimentés.

Divers assortiments pimentés.

Marché de rue.

Marché de rue.

Etal dans une rue.

Etal dans une rue.

Ginseng sur un marché.

Ginseng sur un marché.

Marchande d'algues au marché de Jeju Si.

Marchande d'algues au marché de Jeju Si.

Marchande des quatre saisons dans une rue de Jeju Si.

Marchande des quatre saisons dans une rue de Jeju Si.

Herbes séchant sur un trottoir, sans surveillance, à Seogwipo.

Herbes séchant sur un trottoir, sans surveillance, à Seogwipo.

Sur un marché, piments vendus séchés ou en pots.
Sur un marché, piments vendus séchés ou en pots.

Sur un marché, piments vendus séchés ou en pots.

Il existe aussi des fruits, comme les oranges, spécialités de Jeju, souvent vendues dans la rue, ou sur les marchés. Nous avons trouvé aussi, sur un marché, des sortes de jujubes, fuits utilisés dans la farce du poulet de la soupe de poulet.

COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE

Evidemment, il ne faut pas oublier le kimtchi, chou fermenté et pimenté, accompagnant tous les repas coréens. Le chou est laissé à fermenter dans de grandes jarres en terre. On en trouve régulièrement en traversant le pays, elles sont alignées le long des bâtiments, comme sur cette photo, prise dans le temple de Haiensa.

COREE : LA CUISINE

On peut également trouver des nourritures moins traditionnelles, ce qui est toutefois rare. Par exemple, nous avons dîné à Busan dans un restaurant, Fukuoka Burger, où la viande hâchée était servie crue, et était cuite sur un pierre brulante. Les pierres étaients posées sur la table, sous de petites cheminées absorbant les fumées et les odeurs. Restaurant original et sympathique.

COREE : LA CUISINE

Il semble exister aussi une nourriture dite royale, gastronomique, raffinée, mais nous n'avons pas réussi à en trouver, et les Coréens interrogés (c'est à dire aux réceptions des hôtels) ne semblaient pas connaître. Nous n'avons donc hélas pas pu en essayer.

Contrairement à ce qu'on trouve au Japon, les décorations des restaurants coréens sont presque toujours basiques, et n'ont pas de recherche esthétique particulière. Cela ressemble même plus à des cantines qu'à des restaurants. L'ambiance est toutefois symphathique, authentique, et l'accueil en général chaleureux.

On peut s'assoir à table, sur des chaises mais aussi par terre, sur des coussins très fins, ce qui se révèle difficile pour des occidentaux.

Mais il est très fréquent de manger dans la rue, ce que nous appelons du prétentieux et horrible nom de "street food" est en Corée une réalité fort sympathique, et non un concept aussi vide que peu innovant.

Dans les rues commerçantes, de nombreux stands sont installés, cuisinant et servant toutes sortes de nourritures, rendant ces endroits encore plus vivants. On est loin des prétentieux camions qui puent plus qu'ils ne fument, ou autres "food trucks" bidons.

Certains restaurants font aussi griller la viande devant la vitrine, à même la rue. Il en va de même pour les restaurants de raviolis, qui les cuisent à la vapeur devant le client. Devant le magasin se trouvent alors de grandes plaques en métal, recouvertes de couvercles. Le cuisinier place les raviolis sous les couvercles, allume le gaz, et en moins de cinq minutes, dans un grand dégagement de vapeur, les raviolis sont cuits et servis tout chauds. Personnellement, j'ai adoré le gros dégagement de vapeur qui s'envole dans la rue.

Les restaurants peuvent aussi installer des chaises et des tables dans les ruelles, comme à Insa dong à Séoul, version vivante, joyeuse et authentique de nos terrasses parisiennes.

COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE

Nous terminerons en parlant de la boisson.

D'abord, une chose très surprenante : il nous a été impossible de trouver du thé vert. Il s'en produit pourtant sur l'île de Jeju, mais il n'a pas l'air d'être vendu dans les magasins. Nous avons trouvé un marchand de thé chinois, ainsi qu'un musée du thé, à Séoul, vendant du thé coréen à un prix exorbitant, vraiment exorbitant. Nous avons fini par trouver des sachets de thé vert dans un grand magasin, mais c'était du thé en poudre.

Par contre, on trouve de nombreux cafés, de type Starbucks ou équivalent, mais de qualité assez correcte. D'ailleurs, Starbucks ne semble pas très présent, la qualité du café local étant meilleure. Contrairement au Japon, on peut boire du bon café (ou du moins du café pas mauvais) en Corée.

Nous avons aussi bu du ginseng, en infusion. Il se présente comme une liquide marron et épais, aromatisé au miel et aux épices. C'est une boisson énergisante, bonne pour la santé, comme l'ensemble de la nourriture coréenne.

Pour ce qui est des boissons alcoolisées, les Coréens semblent apprécier le soju. Ils en boivent aux repas, dans de petites bouteilles apparemment d'une seule marque.

En ce qui nous concerne, nous avons bu de la bière. Il existe plusieurs marques locales : Koud, Cass, Hite, OB, cette dernière étant notre préférée, se rapprochant des bières allemandes.

En ce qui concerne le vin, il n'est pas encore très répandu, et, comme tous les alcools importés, il reste cher.

COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE
COREE : LA CUISINE

Partager cet article

Repost 0

commentaires