Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 21:55

Chaque voyage comporte son moment de flottement, en général une journée ou deux où l'envie baisse, où la fatigue prend le dessus. Généralement, c'est à ces moments que tout s'enchaîne mal, et que l'on perd du temps, alors que l'on devrait profiter au maximum du voyage pour faire le plein de découvertes.

Nous avons connu ce passage à Andong, même si la journée n'a pas du tout été mauvaise. Ce jour-là, nous avons pris le train à Bulguksa, par un matin frais, et ensoleillé. Les vieux wagons, tirés par une vieille locomotive diesel, traversaient des campagnes très vertes, aux nombreuses rizières et aux collines arrondies. La quantité de main d'oeuvre dans les champs m'a surpris. J'ai eu aussi l'impression de voir beaucoup de chantiers de travaux publics.

A l'arrivé à Andong, après plus de 2 heures de train, la ville nous a paru déserte et poussiéreuse. L'hôtel, le Andong Park Hotel, a l'avantage d'être proche de la gare. Vieillot, à la décoration kitsch, il n'en demeure pas moins propre, et l'accueil est fort sympathique. La chambre donne sur les voies ferrées ; pour une fois, nous allons apprécier la faiblesse du trafic ferroviaire.

C'est là que se mèlent la fatigue et le moment de flottement. Et maintenant, que faire ? Nous hésitons entre le village folklorique de Hahoe, recommandé par les guides mais assez loin, et le Andong Folk Village, à 3 kilomètres. La paresse nous incite à opter pour ce dernier, qui semble être du même niveau que le premier.

Le trajet en bus nous semble beaucoup plus long que les 3 kilomètres annoncés. Sur lace, nous commençons par une pause : café et petit gateau de riz, assis par terre dans une maison traditionnelle récemment construite, au bord d'une rivière. Cette pause nous fait beaucoup de bien.

 

COREE : ANDONG

Il fait un temps superbe, des touriste locaux assistent à des démonstrations d'arts traditionnels. Cependant, le village ne présente pas grand intérêt. Nous décidons de reprendre le bus pour la gare, où un autre bus pourra nous mener à Hahoe.

Nous ratons le bus à quelques minutes près, ce qui nous oblige à attendre 40 minutes au bord d'une route, et surtout, ce qui nous fait rater la correspondance et donc la visite de Hahoe. Nous nous retrouvons donc dans la ville, à déambuler dans les rues. Le centre ville est constitué de galeries rues piétonnes, le long desquelles sont alignées des boutiques et des marchés. Là encore, nous voyons beaucoup de dames âgées vendant des légumes ou des herbes.

COREE : ANDONG

Au milieu d'une des rues, coule un ruisseau canalisé. Nous nous asseyons sur les pierres installées à cet effet, et regardant, en nous détendant, les enfants patauger dans l'eau. Les habitants de la ville font leurs courses, se promènent, flânent, se reposent. Il fait un temps magnifique. Nous ne faisons pas grand chose, mais çà fait du bien, finalement.

Nous finissons pas dîner, très tôt, du boeuf de Andong, spécialité locale, en barbecue, assis par terre dans un restaurant populaire à l'accueil sympathique. Situé dans une ruelle, le restaurant s'appelle Gochang Suppul Galbi (transcription approximative).

COREE : ANDONG

Nous finissons la soirée en nous promenant dans les rues du centre, nous arrêtons prendre une boisson dans un café moderne, le genre d'établissement que l'on commence à voir en Corée, même s'ils sont encore très peu répandus.

Andong nous a donné l'impression d'être une ville poussiéreuse et peu esthétique. Dans ces cas, il faut toujours se demander si l'on pourrait y habiter. Cette question permet de prendre du recul et d'observer la ville avec plus de bienveillance. Nous avons alors imaginé que l'un d'entre nous se voyait proposer de passer une année à Andong  par son entreprise. Peut-être pourrions nous dire oui, sous plusieurs conditions : une très bonne rémunération ; que l'autre vienne aussi ; que le logement soit agréable, confortable, et bien situé (un appartement dans le centre de la ville près des commerces ou une maison dans les collines par exemple). Ces conditions remplies, on imagine que l'on découvre son quartier, que l'on sympathise avec quelques voisins et commerçants. Ensuite, on découvre les environs, les collines, la campagne, on fait des randonnées à la belle saison, du ski en hiver, et l'on profite de certains week-ends pour rayonner dans le pays, qui n'est pas si grand. On peut même envisager d'aller passer quelques jours au Japon ! Finalement, Andong devient une ville sympathique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires