Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 22:05
Henri Proglio, le nouveau patron d'EDF, ne cesse actuellement de faire parler de lui. En cause, ses revenus, qui s'élèveraient à 2 000 000 € (2 millions d'euros) annuels.

Salaire que je consière, pour ma part, comme démesuré. Non pas que cet homme soit incompétent, je n'ai pas d'élément pour en juger. J'essaie simplement d'imaginer ce que je ferais avec une telle somme. Et je constate que je n'en ai pas encore dépensé le quart de la moitié que hop, tombe le deuxième million. Encore plus angoissant que le mythe de Sisyphe !

Pendant ce temps, j'entends dire, ici ou là, que c'est la crise, qu'il faut baisser les salaires pour sauver les entreprises. J'entends dire aussi, de la bouche de monsieur Proglio, que pour sauver EDF, il faut augmenter considérablement le prix de l'électricité, déjà bien cher pour un nombre important de personnes.

Cela dit, cet homme est à la tête de l'une des plus grosses entreprises françaises, qui fournit du travail à près de 150 000 personnes, de l'énergie à 40 millions de clients, et qui dégage un chiffre d'affaires de plusieurs dizaines de milliards d'euros par an. En supposant que monsieur Proglio soit à la hauteur de sa fonction et que ses décisions soient bonnes pour l'entreprise et par conséquent pour la France (il s'agit bien d'une entreprise des plus stratégiques), il doit forcément mériter un salaire parmi les plus élevés, dont le maximum est encore à débattre.

Parallèlement, je suis tombé récemment, par hasard, sur les revenus de certains artistes. Et parmi les 10 plus riches, pour l'année 2008 qui trouve t-on ? Surprise : Renan Luce, un million d'euros ; Christophe Maé, 2,1 millions d'euros (!). Et à la deuxième place, coiffant le belgo-suisse Johnny au poteau : Bénabar, l'auteur de la chanson La P'tite Monnaie, avec 2,3 millions d'euros.

On peut apprécier, voire aimer Bénabar. On peut même lui trouver du talent. Tous les goûts doivent être respectés. Personnellement, vous aurez compris que je l'apprécie guère. Je trouve à sa musique un faux air de ce que faisaient les comiques troupiers d'avant guerre, les Ouvrard, Fernandel ou Maurice Chevalier.

Malgré cela, on ne trouve personne pour critiquer ses revenus, aussi élevés que ceux du patron d'EDF. Et pourtant, la chanson populaire, même si elle doit exister, n'a aucun intérêt stratégique.  Contrairement à EDF, qui fait tourner mon ordinateur, ainsi que ma radio, qui passe Bénébar à longueur de journée. Je n'irai tout de même pas jusqu'à demander à celui-ci de reverser une partie de sa fortune à monsieur Proglio. N'exagérons rien.

Voilà, Benjamin Biolay peut se rendormir tranquille. La nouvelle tête de Turc de Bénébar, maintenant, c'est moi ! Par contre, s'il veut passer ses nerfs sur moi, il va falloir qu'il s'aventure en dehors des restaurants étoilés. Et accessoirement, je lui rappelle que je fais du sumo !

Allez, pour les prochains thèmes, on revient au plaisir, ceux du vin par exemple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires