Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 21:26
Voilà, je n'ai plus de Château Poujeaux 1998. Mais comme on dit, on ne peut pas avoir et avoir eu. Et c'est bien là le problème : chaque plaisir est un plaisir de moins. Et puis si l'on sait que l'on peut se consoler avec d'autres millésimes, çà va déjà mieux.

Ce dernier 1998, donc, sent la forêt, l'amande, les épices, les fruits, avec une pointe de chocolat.

Il a à la fois beaucoup de corps et beaucoup de fraicheur.

C'est l'un de mes moments préférés en hiver : après avoir affronté le froid extérieur, on se réfugie près d'un bon feu de cheminée, avec un bon vin. Tout le corps se réchauffe, s'engourdit, puis vient le tour de la tête, on commence à être un peu "pété", tout chaud, tout somnolent, détendu. On est bien.

Et tout çà, grâce au dernier Poujeaux 1998.

Partager cet article

Repost 0

commentaires