Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 16:04
Dans un récent article de son blog Méchant Raisin, Mathieu Turbide évoquait un nouveau logiciel, qui proposait d'assortir certaines musiques avec certains vins. Il se montrait sceptique, considérant notamment qu'il s'agit de choix très personnels.

Hier, dans l'émission In Vino sur BFM, Jean-Robert Pitte se demandait au contraire pourquoi on n'associait pas le vin et la musique. Il proposait alors certaines associations.

En ce qui me concerne, je me rapprocherais plutôt de la seconde position. Certes, le logiciel évoqué dans le Méchant Raisin a une démarche purement commerciale. Certes, il s'agit d'associer des goûts purement personnels. Il n'en demeure pas moins que la démarche est intéressante.

On peut également reprocher à Jean-Robert Pitte d'avoir proposé des associations faciles, entre des vins et des musiques d'une même région, comme on peut le faire pour le fromage. Cela peut certes paraître limitatif. Mais pourquoi pas ? Ce n'est au fond qu'une proposition, un point de départ.

Entre la nourriture et le vin, les accords se font en fonction des arômes, du goût et de la texture. Certaines associations sont donc évidentes, d'autres impossibles. Et de toute façon, chaque accord peut être défendu avec des arguments.

En musique, c'est vrai, les sens mis en action étant différents, c'est plus une affaire de goût personnel. Mais cela présente l'avantage d'ouvrir des possibilités infinies.

Autrefois, dans mon jeune temps, j'avais découvert le vin grâce à un pinot gris. Un soir, seul à la maison, je l'avais bu, tranquillement, en regardant Arizona Dream. Les images de Kusturica, la musique de Bregovic, Iggy Pop, le pinot gris... plein les yeux, plein les oreilles, un peu pêté, bref... le bonheur.

Et pas plus tard qu'avant-hier, j'ai réécouté les Suites pour violoncelle de Bach. Le genre de musique qui donne envie de s'arrêter, de s'installer, de prendre un verre. Les notes graves et sensuelles du violoncelle donnent envie de boire un vin sensuel, en toute tranquilité. Lequel ? Là encore, pas d'accord évident, ce peut être un Côte Rotie, un sauternes, un Banyuls, un Cognac. Des vins amples, mais tout dépend de son humeur, de ses goûts et de sa sensibilité.

Il apparaît finalement un accord évident. De même qu'il y a des musiques qui s'entendent et des musiques qui s'écoutent, il y a des vins qui se boivent et des vins qui se dégustent. Je proposerais donc une "règle" (que je déteste ce mot s'agissant d'inclinaisons personnelles) simple, peut-être la seule : associer les vins qui se boivent aux musiques qui s'entendent, et les vins qui se dégustent aux musiques qui s'écoutent.

A partir de là, tous les plaisirs sont possibles...

Partager cet article

Repost 0

commentaires