Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 13:08

Polémique : ce mot revient un nombre incroyable de fois dans les informations télévisées ou radiophoniques. Cette semaine par exemple, sur France Info, je l'ai entendu trois fois au cours d'une tranche d'un quart d'heure.

 

Pourtant, si j'écoute France Info, c'est justement pour avoir des informations, c'est à dire des faits, les plus complets possibles, ainsi que des explications de ces faits. Dans un second temps, doivent venir les interprétations, les analyses.

 

A la base, une polémique est une discussion. Aujourd'hui, c'est essentiellement une controverse, un ensemble de critiques vives, peu constructives, touchant même parfois au procès d'intention. Une polémique n'est donc en rien une information.

 

Pour un journaliste, la polémique présente plusieurs avantages. Dans un premier temps, cela lui évite un travail long et fastidieux de recherche de faits, d'éléments, d'explications, d'investigation, de recoupements. Il suffit d'interroger une personne, de diffuser quelques extraits, et le travail est terminé. Dans un second temps, il est plus facile d'obtenir une audience en relayant une discussion brutale et stérile - au besoin en ajoutant de l'huile sur le feu - qu'en décrivant des événements de façon factuelle. Enfin, dernier avantage, relayer une polémique permet de se faire passer pour un contributeur d'idées.

 

En réalité, un journal d'investigation, tel le Canard Enchaîné, effectue un vrai travail de recherche, d'analyses et de recoupements, afin de mettre au jour des faits. C'est un travail autrement plus complexe que la retransmission d'une polémique.

 

L'un des derniers exemples en date est l'insulte de "sale mec" que François Hollande aurait proférée à l'égard de Nicolas Sarkozy. Les partis politiques se sont engouffrés dans la brèche, pour faire naître une polémique, aussitôt relayée par la presse.

 

Pourtant, est-ce une information ? Non, bien entendu, puisque les faits sont non établis, du moins sortis de leur contexte. En matière politique, finalement, quelles sont les vraies informations, les plus importantes, les plus utiles ? Une insulte de bas étage même pas prouvée, ou bien la situation économique, sociale, etc. ? Vous connaissez ma réponse.

 

Personnellement, j'aimerais savoir ce qu'il se passe réellement dans le pays, ce que le gouverment actuel a réellement fait pendant les quatre dernières années, et ce que les autres partis proposent concrètement. Prenons un exemple au hasard : la TVA sociale. Pourquoi n'entend-on pas d'économistes nous présenter les avantages et les inconvénients, réels et supputés, de ce système, et ce, d'une façon complète, concrète, et dépassionnée ?

 

Cela obligerait les gouvernants et les opposants à prendre des positions plus claires, plus techniques, moins politiciennes, et à élever leur niveau. Face à une situation donnée, on demande à un responsable d'agir, pas de parler. Nous aurions tant à gagner à remplacer les discussions stériles par une information factuelle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires