Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 22:01
J'ai lu cette nouvelle sur le site du journal Le Monde. En 2009, la France est redevenue le plus important producteur de vin, en quantité, devant l'Italie, qui l'avait détronée en 2007. Cocorico or not cocorico ?

Derrière ces chiffres apparemment réjouissants (c'est tout de même toujours mieux d'être premier), la réalité n'est pas si belle.

D'abord, au niveau mondial, du fait de la crise, la consommation diminue. Ce sont des chiffres, et ils ne disent pas s'il y a une baisse de la consommation de piquette au profit des vins de qualité, ce qui serait finalement encourageant. Elle baisse tout de même.

Pendant ce temps, en France, les autorités encouragent les vignerons à exporter. C'est d'ailleurs le cas pour l'ensemble de l'économie en France. Tous les matins, sur Radio France, la publicité de UBIFRANCE nous dit bien que le marché français est fini, et qu'il faut exporter.

Sauf qu'à l'étranger, on ne nous attend pas. D'abord, les vignerons partent en ordre très dispersé. Ensuite, si le vin français n'est pas valorisé dans son propre pays, je ne vois pas comment on va pouvoir l'exporter. Un peu comme notre armement, que l'on n'achète pas, ou alors du bout du porte-monnaie, et que l'on s'étonne de ne pouvoir exporter.

Pour exporter, il faudrait aussi avoir une vraie force de frappe, et une vraie politique cohérente et intelligente. Or ce ne sont pas les propos du ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, qui vont nous rassurer. Dominique Bussereau, visiblement incompétent sur la question, voulait autoriser les copeaux de bois. Monsieur Le Maire veut promouvoir les vins français en augmentant la capacité de la France à vendre des vins de cépages. C'est comme cela, dit-il, que le Nouveau Monde a pu exporter ses vins.

Voilà, on va recommencer à essayer d'imiter le pire du Nouveau Monde. Monsieur Le Maire a perdu une occasion de se taire, et a oublié que nos grands crus, qui ne sont pas des vins de cépage, se vendent très bien. Anselme Selosse est une star à New-York.

Mais pour monsieur Le Maire, tous les petits producteurs qui se crèvent à sortir des vins personnels, de qualité, pour sortir vers le haut, se trompent, car ils devraient, pour concurrencer Gallo et Mondavi, produire des vins de cépage (pourquoi pas macérés dans le jus de bois), que les nouveaux consommateurs recherchaient il y a 10-15 ans, mais qu'ils délaissent aujourd'hui pour se ruer sur nos meilleurs produits.

Et demain, le ministre de l'industrie conseille à Renault et Peugeot de fabriquer des Trabant pour les vendre en Inde et en Chine ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires