Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 15:49

Nous continuons cette série de l'été consacrée aux accessoires ringards, avec les tennis en toile Bensimon. Mais avant toute chose, comme nous sommes en France, commençons par un bref toujours trop long historique.

 

En 1914, les pays européens se déclarent une guerre qui deviendra mondiale et terriblement meurtrière. Pendant 4 ans, les principales opérations se passent dans le nord et l'est de la France, ruinant de grandes parties du territoire. Grâce à l'aide de ses colonisés et de ses alliés anglo-saxons, la France finit par faire partie du camp des vainqueurs.

 

Lors du Traité de Versailles, elle n'a pour but que de faire payer un lourd tribut à l'Allemagne, afin de venger l'humiliation de 1870. Les Français n'ont pas toujours la mémoire courte.

 

Les Allemands, de leur côté, considérent qu'ils étaient les meilleurs et qu'ils n'ont été battus que par le fait de la traitrise des pacifistes, des communistes, des juifs, et j'en passe. Le pays vit à partir des années 1920 une grave crise économique, faisant déraper l'inflation et basculer la population dans le chômage et la pauvreté.

 

La jeunesse n'a plus que le choix entre un nationalisme d'arrière-garde et un communisme déjà en train de montrer ce qu'il est capable de faire. Face à cette alternative, un petit caporal vient offrir des lendemains qui chantent (avec une voix grave et une rhytmique martiale).

 

Il met sur pieds un régime dont le but est de redonner grandeur au pays en éliminant ses ennemis (c'est à dire tous les autres), et en envahissant les voisins. Plusieurs dizaines de millions de morts plus tard, l'Europe est ravagée. La France, pour en revenir à elle, voit son PIB revenu plusieurs décennies en arrière.

 

A la fin des années 1940 et au début des années 1950, malgré une reconstruction rapide, le pays connaît toujours des pénuries. Pour ne parler que des vêtements, ils sont généralement utilisés par tous les frères ou toutes les soeurs, leur durée de vie étant prolongée au maximum.

 

Dans cette France vivant les derniers jours des tickets de rationnement, les chaussures à semelles de bois alternent avec les tennis en grosse toile.

 

Aujourd'hui, la marque Bensimon ressuscite cette époque, avec des modèles tristes, aux couleurs lavasse, et aux formes on ne peut plus vieillottes. Ce sont les chaussures idéales pour avoir l'air d'un miséreux nostalgiques des années 1950. Pour les plus extrémistes, il existe même des modèles sans lacets !

 

Le comble du pas beau : des tennis toile, un mini-short, un colant noir (eh oui, c'est l'été, il faudrait montrer ses jambes, mais on porte un collant noir avec un mini-short, grrrr !!!), une veste de treillis modèle F1, des ray-ban à la Sarko, et, et, et... un sac "The Kooples" !

 

A porter en ayant l'air malheureux, ce qui est simple, l'absence de sourire étant une première nature pour les Parisiens, premiers consommateurs de ces reliques de la mode.

Partager cet article

Repost 0

commentaires