Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 16:01

Je lisais il y a une semaine, un article sur le portail musique de Free, relatant les déboires de Lady Gaga et du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (C.S.A.). Ce dernier, dans un premier temps, serait intervenu auprès de la chaîne MCM à la suite du passage, en janvier dernier, d'un clip (Bad Romance pour ne pas le citer), dans lequel il était possible de voir une bouteille de vodka. Horreur et damnation !

 

Plus récemment, le C.S.A. aurait envoyé une note à plusieur chaînes afin de demander le retrait du clip "Alejandro" de la même Lady Gaga. Ce clip, au style vaguement S.M., serait jugé choquant pour les jeunes.

 

Le lendemain, ouvrant le numéro de mai 2010 de la RVF, je tombais sur l'éditorial de Denis Saverot, s'attaquant (j'aurais envie de dire comme à chaque fois), à ce qu'il appelle le lobby hygiéniste. Cette fois-ci, il dénonce les réactions exagérées qui ont fait suite à la proposition de Jean-Pierre Coffe et Jean-Robert Pitte, de faire déguster du vin dans les restaurants universitaires.

 

Malgré les apparences, il y a un rapport entre ces deux événements. Ce rapport est le réflexe presque pavlovien de nos élites à dégainer l'interdit à la moindre occasion.

 

D'une part, ces interdits sont aléatoires. Pour ce qui est de Lady Gaga, j'ai bien entendu regardé son clip, par souci d'honnêteté intellectuelle bien sûr : je ne voulais pas en parler sans savoir de quoi il s'agissait. C'est en effet vaguement déprimant, vaguement S.M., mais franchement, rien de choquant à mes yeux. Subissant la télé à chaque fois que je vais à la salle de gym, je trouve beaucoup plus choquantes et insupportables toutes les émissions de MTV par exemple,qui nous inondent de ce que l'Amérique peut avoir de plus execrable.

 

Je pourrais également citer les émissions de télé réalité, concours général de nivellement par le bas, où ceux qui arrivent à être encore plus cons et prétentieux que les plus cons et prétentieux deviennent des stars.

 

Franchement, à côté, le clip "Alejandro", c'est du ga(ga)teau. Ce clip est-il choquant pour les jeunes ? Certainement, pour les jeunes de moins de 12 ans, et encore, la plupart en ont certainement vu d'autre, rien que sur les publicités affichées dans la rue ou le métro. Evidemment, ce genre de clip n'est pas fait pour tous les publics, mais Il suffit alors de le dire. Cela s'appelle l'EDUCATION.

 

L'éducation consiste à ne pas tout autoriser à tout le monde à tout âge, mais progressivement, en expliquant, en montrant où se trouvent les limites, les risques, afin que la personne éduquée puisse le jour voulu choisir, en prenant ses responsabilités. L'éducation ne consiste pas à cacher (ce sein que nous ne saurions voir), mais au contraire à montrer ce qui existe, en appelant un chat un chat.

 

L'interdit pur et dur conduit à une découverte retardée et d'autant plus brutale de la réalité, d'autant plus brutale que l'excès d'interdits incite à les contourner. L'effet est inverse de ce qui est recherché.

 

Il en va de même pour l'alcool en général, et le vin en particulier. L'éducation consisterait à dire que le vin c'est de l'alcool, et qu'à partir d'une certaine quantité, l'alcool est dangereux, pour la santé, pour les autres, pour la vie en société, et que ce danger dépend de la quantité, du type de boisson, et de la constitution du consommateur. Une nouvelle fois, c'est à chacun ensuite de prendre ses responsabilités.

 

L'éducation est le rôle, l'obligation, le devoir des parents, des adultes, des autorités (gouvernants, institutions, etc.), qui doivent indiquer une limite à ne pas franchir (il n'est en effet pas question de tout autoriser), et expliquer ce qu'il se passe à l'intérieur et à l'extérieur de cette limite.

 

Eduquer demande toutefois du travail, un investissement, que nos autorités refusent d'effectuer. Cela demande surtout une confiance de l'élite dans le peuple. Cette confiance n'existe pas, chacun vivant dans un monde cloisonné. Denis Saverot ne dit pas autre chose, écrivant que les dégustations sont encouragées dans les grandes écoles, la consommation de vin dans les palais du pouvoir, pendant que "nos autorités sont animées d'un fantasme : le vin corrupteur du peuple".

 

Cela va finalement bien au-delà d'un clip ou d'un verre de vin. C'est le reflet d'un divorce entre le peuple et ses soi-disant représentants, divorce qui est une vraie bombe à retardement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires