Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:59

Le 1er janvier, la visite au temple, le repas en famille, le mochi, c'est bien, mais n'oublions pas que le Japon est une incroyable société de consommation. Donc, dès le dimanche 2 janvier, les soldes commencent, sans perdre de temps.

 

Comment se passent les soldes dans ce pays ? En dehors des points communs que l'on peut retrouver dans tous les pays du monde, il existe quelques caractéristiques propres au Japon.

 

Le monde : bien entendu, quelque soit le pays, les soldes se caractérisent par une importante concentration de population, à forte dominante féminine. Mais à Tôkyô, ville la plus peuplée du monde, le phénomène est largement amplifié.

Devinette : où peut-on trouver plus de monde qu'à Shinjuku un 2 janvier à 11 h 00 ?

Réponse : à Shinjuku, un 2 janvier, à 16 h 00.

 

C'est ainsi que sur le trottoir qui mène de la gare à Isetan, il y avait deux files, l'une menant à la gare, l'autre en provenant. Impossible de doubler, impossible de s'arrêter. C'était comme deux flots inarrétables.

 

A l'intérieur des magasins, même chose. A Isetan, dès le rez-de-chaussée, il y avait la queue pour prendre les escalators. Des employés étaient postés le long de cette queue, avec un panneau indiquant où il fallait se placer pour monter aux étages supérieurs. Vidéo ci-dessous :

 

 

Aux caisses, même chose. Il m'a donc été impossible d'acheter quoique ce soit ce jour-là. J'ai donc décidé d'aller déjeuner dans un des nombreux restaurants du dernier étage. Mais là aussi, bien entendu, il y avait la queue. Sur cette photo, les personnes assises à droite et celles debout à gauche attendent leur tour pour entrer dans le même restaurant !
Photo-122.jpg
Malgré tout, autre caractéristique du Japon, la population est disciplinée, et attend son tour patiemment, sans chercher à doubler. Il y a donc du monde, mais tout se passe bien, sans panique, sans énervement, sans agressivité.
Sur la photo suivante, on voit, à la station Ogikubo, les clients attendant l'ouverture du centre commercial Lumine.
Photo-119.jpg
Tout se passe bien aussi grâce à une organisation sans faille, et à la présence d'un personnel nombreux, efficace et poli. Ci-dessous, la photo du même endroit, au moment de l'ouverture. La jeune femme, à gauche de la photo, est une employée. Habillée d'un tailleur impeccable, parfaitement maquillée, son rôle consiste à saluer les clients qui entrent dans le centre commercial.
Photo-121.jpg
Dans les magasins, on peut aussi observer que les employés saluent également à chaque fois qu'ils sortent du magasin pour aller dans les réserves, et à chaque fois qu'ils sortent des réserves. Personne ne les voit, mais ils saluent tout de même l'ensemble des clients présents. Geste invisible mais révélateur d'un état d'esprit.
Chez Uniqlo par exemple, le personnel est muni d'une oreillette et d'un micro, chaque employé est ainsi relié en permanence à la caisse, aux réserves et au service de retouches. Dès que l'on a besoin d'un renseignement, un vendeur ou une vendeuse est là. La queue s'allonge aux caisses, un vendeur ou une veudeuse accourt pour prêter main forte. Devant les cabines, une vendeuse est présente en permanence pour prendre les mesures en vue de faire les retouches, pour récupérer les vêtements que les clients ne prennent pas, ou répondre à toute question.
Tout cela participe du même souci d'une qualité de service irréprochable. Toujours chez Uniqlo, les cabines sont impeccables. Chaque cabine est surélevée par rapport au sol. Les clients se déchaussent donc, et ne salissent pas la moquette de la cabine. A l'entrée de chacune d'entre elles se trouve un chausse-pieds. Dans chaque cabine également, un stock de tissus pour mettre sur son visage afin de ne pas salir les pulls avec son maquillage.
Chez Isetan, devant chaque cabine se trouvait une paire d'escarpins, pour les clientes qui sont venues en tennis et veulent tout de même acheter une jupe ou une robe.
Enfin, les retouches sont faites au pire dans la journée, au mieux en moins de 2 heures. Même en période de soldes. Le mieux est donc de commencer par acheter les pantalons, et de les récupérer avant de partir. Pas besoin de revenir.
Enfin, dernière caractéristique, le bruit. Les soldes au Japon se font au mégaphone. Bon, j'exagère un peu. Dans les magasins, nombreux sont les vendeurs ou les vendeuses à utiliser un cône en plastique et à monter sur un escabeau ou une chaise pour hurler les promotions du moment. Dans le bruit, mais la bonne humeur.
Normalement, il devrait y avoir, ici, une vidéo. Quand Dailymotion se décidera à la publier, vous pourrez la voir. En attendant, je vous mets celle-ci, trouvée sur internet, qui est franchement meilleure que la mienne
Dans la rue, çà peut donner çà, en fin de matinée, quand il n'y a pas encore beaucoup de monde.
Enfin, je garde le plus caractéristique pour la fin : les Fukubukuro. Qu'est ce que c'est que cette bête-là ? C'est une chose très importante au Japon. Le premier jour des soldes, chaque magasin, ou chaque stand de grand magasin, vend de grands sacs en papier, remplis de marchandise. Mais attention, les sacs sont fermés, et on ne sait pas ce qu'il y a dedans. On achète, et quand on ouvre, c'est la surprise, bonne ou mauvaise.
Ce sont donc des pochettes surprises. Fuku = bonheur, fukuro = sac. Que se passe t-il si le vêtement vendu n'est pas à la bonne taille ? Je n'ai pas réussi à obtenir de réponse claire. Est-ce que çà vaut le coup ? Je vous avouerais que je n'ai pas essayé, par peur de me retrouver avec des articles immettables d'une part, mais aussi à cause de la queue. Car il faut savoir que ces fukubukuro rencontrent un succès phénoménal, les ménagères se précipitant à la première heure pour en acheter un.
J'ai par contre un élément de réponse, au travers de la discussion que j'ai captée dans le métro, entre trois mamies, toutes d'accord sur le fait les fukubukuro, ce n'est pas très intéressant pour les vêtements, alors que pour la nourriture, çà valait vraiment le coup. Il faudra que j'essaie la prochaine fois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires