Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 14:59

Pour le 300ème article, je vous emmène au bout de l'Europe, à l'extrémité ouest de l'Ancien Monde. Du moins à l'une des extrémités, chacun revendiquant la sienne, que ce soit en Galice, en Angleterre ou en Irlande ; c'est un peu comme pour les côtes sauvages. Toujours est-il qu'arrivé au bout de la route qui mène à la pointe du Finistère, on est obligé de s'arrêter. Après, c'est l'océan, puis l'Amérique.

 

La partie sud du Finistère est connue pour sa Pointe du Raz, mais moins pour la pointe du Van, moins touristique. Entre le deux, une anse de sable plat, la baie des Trépassés.

 

La pointe du Van n'est pas la plus spectaculaire. Elle est plus douce (tout est relatif, malgré tout), et permet des vues dégagées, d'un côté sur la côte nord, celle qui mène à Dournanenez.

 

Photo-168.jpg

 

De l'autre côté, vers le sud-ouest, nous dominons la pointe du Raz, ses récifs, le phare de la Vieille et la tourelle de la Plate.

 

Photo-172.jpg

 

Ces phares signalent une zone extrêmement dangereuse, du fait de ses nombreux rochers et courants. Deux précautions valant mieux qu'une, on fait appel, en plus des phares, à la religion. C'est ainsi que la chapelle Saint-Mathieu veille sur le large.

 

Photo-185.jpg

 

Toutes ces précautions n'évitent malheureusement pas quelques incidents, surtout par gros temps et de nuit. Entre les deux pointes, se trouve une baie, dénommée Baie des Trépassés. Son étymologie n'est pas claire, mais le nom viendrait du fait que les corps des naufragés viendraient s'échouer sur cette longue plage, entourée des rochers des pointes du Van et du Raz, et assaillie par les vagues venant du large.

 

D'ailleurs, lorsqu'on arrive sur cette plage, l'effet est saisissant. On ressent tout de suite une impression de solitude.

 

Photo-187.jpg

 

Très plate et encadrée de rochers, elle reçoit les vagues, qui dégagent, en s'écrasant, une brume, qui envahit les lieux et leur donne cet aspect inquiétant.

 

Photo-202.jpg

 

Photo-217.jpg

 

A mi hauteur de la falaise, un ancien blockhaus s'enfonce dans le sable. On imagine l'ennui des soldats postés en ce lieu, face à cette sombre beauté. Personnellement, si j'avais dû choisir, j'aurais préféré passer 4 ans dans ce bout du monde qu'une seule minute à Koursk ou Stalingrad. En temps de guerre, mieux vaut l'inaction, que l'action, et mourir d'ennui est finalement la meilleure des situations, surtout face à un tel paysage.

 

Photo-229.jpg

 

On peut imaginer d'ailleurs, que pendant les permissions, les soldats pouvaient aller se promener à la Pointe du Raz voisine, voire à l'île de Sein, que l'on voit au loin, laissée par ses hommes partis rejoindre le Général de Gaulle à Londres.

 

La Pointe du Raz, image emblématique de la Bretagne sauvage, d'où le regard rebondit sur l'île de Sein, avant de se perdre dans l'infini.

 

Photo-238.jpg

 

Photo-242.jpg

 

Le lieu est sauvage et superbe. Sa plénitude nous envahit et nous ramène à notre humble condition d'homme. Ici aussi, face au danger, la vierge Marie recueille l'âme des naufragés.

 

Photo-234.jpg

 

Sa présence, ainsi que sa position à l'avant du sémaphore de l'armée, est comme un aveu de semi-impuissance de nos moyens modernes face à la force des éléments naturels.

 

Photo-244.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires