Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 19:35

Il y a quelques mois, mon grand ami François Simon m'avait fortement recommandé... Qu'est-ce que je raconte, moi ?

 

Lecteur quotidien du blog de François Simon, j'apprécie particulièrement ses vidéos. Pas celles où il décrit un ingrédient, pas celles non plus où il cuisine lui-même (même si elles sont souvent drôles), mais plutôt les plus longues, celles où il s'attarde dans un lieu, que ce soit un restaurant ou une ville. Ses descriptions ont l'air tellement vraies, que j'ai aussitôt une envie folle de le suivre.

 

C'est notamment le cas avec les vidéos de la ville d'Alep, et du restaurant Toyo, à Paris. Ne pouvant comme çà d'un coup me rendre à Alep, surtout en cette période troublée, je suis allé chez Toyo.

 

Le chef s'appelle en réalité Toyomitsu Nakayama. C'est l'ancien cuisinier du couturier Kenzo, et il a ouvert son restaurant dans le 6ème arrondissement, près de Vavin.

 

Le décor est japonais, sobre, avec beaucoup de bois, et un grand comptoir. Le comptoir est l'un des éléments que j'apprécie dans la cuisine japonaise. On s'installe face aux cuisines, on voit les plats se préparer, on communique visuellement, voire par la parole avec les cuisiniers. Tout se fait en direct, sans triche, sans masque. De plus, pour un nul en cuisine comme moi, c'est un vrai spectacle : je suis en admiration devant ces gens qui font aussi bon de façon en apparence aussi simple. Le summum de l'art.

 

Chez Toyo, donc, je me suis installé face au comptoir, juste devant la jeune fille souriante qui préparait les plats calmement, le geste et le visage emprunts de sérénité épanouie. Sur la gauche, un homme discret, cuisant les poissons et les légumes avec application et humilité, comme un enfant sage préparant sérieusement ses devoirs. C'est lui Toyo, le chef : il fait sa cuisine sagement, humblement, sans frime, sans chichi.

 

La cuisine, justement : un menu à 55 €, avec amuse-bouche, 2 entrées, 2 plats, un dessert. Du choix, quelques suppléments, par exemple pour ceux qui voudraient absolument du caviar. Personnellement, je suis resté dans le basique, et c'était déjà formidable. Cuisine juste, précise : steack d'ormeau (fabuleux), filet de vive... C'est japonais dans l'esprit, de par la simplicité, la justesse des saveurs, l'absence de détours et de décorum. Quelques influences françaises également. Un très beau mariage.

 

Quant au service, parfait également, simplement poli, avec la bonne distance. Derrière le comptoir, le chef, la jeune fille mentionnée plus haut. En salle, une jeune femme efficace. Entre la salle et le comptoir, 1 Japonais et 2 Français, également souriants et polis, sans ostentation. Un service aussi juste que les nourritures.

 

Adresse : 17 rue Jules Chaplain, Paris 6ème.

Métro Vavin ou Montparnasse.

01 43 54 28 03

Du mardi au samedi de 12 h 00 à 14 h 00 et de 19 h 30 à 22 h 00.

Partager cet article

Repost 0

commentaires