Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 21:33

Quand c'est l'hiver à Paris, qu'il fait froid, qu'il pleut, que les gens font la gueule... remarquez, à Paris, il fait froid, il pleut et les gens font la gueule toute l'année, même l'été. Bon, malgré tout, le froid de février étant plus froid que celui de juillet, un petit week-end à Cuba est le bienvenu, surtout quand on nous l'offre. Qui, comment, pourquoi ? Chut, secret.

 

Peu de temps donc, mais beaucoup d'impressions. Cela ne fait malgré tout pas un jugement, d'autant que je n'ai pas vu beaucoup plus que La Havane.

 

Première impression : le délabrement. N'étant jamais sorti d'Europe que pour aller aux Etats-Unis ou au Japon, j'ai eu un choc. J'ai eu le sentiment d'un pays qui tient avec quelques fils de fer rouillés. Qui tient... on se demande comment, et surtout pour combien de temps.

 

La Havane a de ce fait une ambiance particulière : si je devais résumer, je dirais que c'est un mélange d'Amérique des années 50 et d'Union Soviétique des années 70, dans un paysage des Caraïbes et une architecture espagnole du XIXème siècle. Le mélange est étonnant, il l'est d'autant plus qu'il rassemble des mondes pour la plupart disparus.

 

Le centre ville de La Havane ressemble donc à une ville espagnole, avec une population métissée, et un air alangui. L'architecture est belle, relativement soignée, on y trouve des cafés, des restaurants, quelques boutiques, où l'on n'a malgré tout pas envie d'acheter.

 

Ce centre est constitué de quelques jolies rues, bordées de petits immeubles à l'architecture agréable, conduisant à la place de la Cathédrale.

 

Photo-037.jpg

 

Photo-148.jpg

 

Cette partie de la ville est relativement animée, concentrant la majorité des restaurants, destinés généralement aux touristes.

 

Photo-170.jpg

 

Photo-174-copie-1.jpg

 

Photo-179.jpg

 

Photo-199.jpg

 

Du fait de cette présence des touristes, on peut trouver tous les clichés, comme les lieux où Hemingway est passé... essentiellement des bars, d'ailleurs, comme la Bodeguita del Medio.

 

Photo-041.jpg

 

Photo-044-copie-1.jpg

 

Décor typique, chaleureux, qui ne manque pas de charme. On admire, un mojito à la main. Ambiance locale, et dans un coin près de l'entrée, un groupe de musiciens entonne Chan Chan, premier titre de l'album Buena Vista Social Club. Très bons musiciens, les femmes chantent parfaitement bien. On s'y croirait.

 

Photo-043.jpg

 

Les musiciens... à tous les coins de rue, dans tous les bars, tous les restaurants, tous les hôtels, il y a des musiciens. Avec le cigare, la musique est une spécialité locale. Parfois envoutante quand elle est authentique et bien interprétée, parfois lassante, quand c'est le énième Guantanamera touristique.

 

Photo-140.jpg

 

Ces groupes ne manquent pas de venir réclamer quelques pesos, ou de vendre leur CD. Il faut bien vivre, dans un pays à l'économie aussi peu prospère. L'Etat a d'ailleurs décidé d'autoriser 178 métiers indépendants, moyennant licence. Ces métiers sont aussi divers que variés : restauration, logement chez l'habitant, coiffeur... et souvent dirigés vers le tourisme. Dans le centre ville, surtout du côté de la cathédrale, il n'est donc pas rare de croiser quelques "figures locales", vieilles femmes créoles fumant leur barreau de chaise, ou autres amuseurs de rues, monnayant l'autorisation d'une photo contre quelques piécettes.

 

Photo-154.jpg

 

Photo-159.jpg

 

Si l'on sort de cet hypercentre touristique, la réalité est moins agréable : les rues sont défoncées, les immeubles prêts à s'écrouler, l'éclairage public quasi inexistant. A la nuit tombée, il vaut mieux regarder où l'on met les pieds.

 

Photo-039.jpg

 

Photo-073.jpg

 

Comme on peut le voir, l'architecture est là, et La Havane pourrait être une très jolie ville, mais il y a du boulot. Elle a même dû être une très belle ville par le passé.

 

Vu d'en haut, voilà ce que çà donne. Comme on peut le voir, il n'y a qu'une grue. Les immeubles sont en ruines, mais il n'y a aucun programme de rénovation.

 

Photo-052.jpg

 

Photo-055.jpg

 

Photo-057.jpg

 

Au fond, sur la dernière image, on aperçoit le capitole, à l'architecture aussi pompeuse et prétentieuse que celui de Washington. On voit bien que Cuba a été une quasi colonie de l'Oncle Sam à une époque. Ci-dessous, le même, de près :

 

Photo-113.jpg

 

On retrouve aussi le kitsch américain dans la voiture garée devant le parvis. Ces voitures sont d'ailleurs l'un des symboles de Cuba. Elles sont omniprésentes, complètement rapiécées, et la lourde fumée nauséabonde qui se dégage des pots d'échappement témoigne du nombre de kilomètres parcourus, qui se compte en centaines de milliers. La Havane est emplie de cette fumée, qui sature l'air de son odeur âcre et fortement désagréable. Les contrôles techniques et les normes antippolution sont encore bien loin.

 

Mais posséder ce type de véhicule est un luxe, vu la quasi absence de transports publics dans le pays. Il existe bien des bus, mais au vu du nombre de personnes qui attendent aux arrêts, les fréquences et les horaires semblent bien imprécis.

 

Photo-210-copie-1.jpg

 

Ce qui frappe, à la périphérie de La Havane, c'est aussi le nombre de personnes postées à chaque carrefour, et qui attendent qu'un véhicule les prenne en stop. En dehors de la ville, on peut aussi voir de nombreuses personnes marcher le long des routes, loin de tout lieu habité, et allant on ne sait où. On peut voir aussi beaucoup de voitures en panne.

 

Dans La Havane, les moyens de transport, à défaut d'être efficaces, sont variés, et témoignent de l'esprit de débrouille. On trouve par exemple des bus, certains plus vraiment en état de marche.

 

Photo-114.jpg

 

Photo-110-copie-1.jpg

 

On trouve aussi beaucoup de motos side-cars hors d'âge :

 

Photo-107.jpg

 

Après, on trouve des moyens semi-publics, comme ces vélos taxis (sponsorisé ?)

 

Photo-132.jpg

 

ou les cocos taxis, très prisés des touristes :

 

Photo-059.jpg

 

Le poste de commande :

 

Photo-062.jpg

 

Et pour le plaisir, façon Nanni Morettin dans Journal Intime, petite traversée du centre, entre les voitures fumantes :

 

 

Pour ce qui est des véhicules conventionnels, quelques utilitaires ou 4x4 soviétiques :
Photo-068.jpg
Photo-212.jpg
Et bien sûr, élevées au rang de patrimoine national, ces américaines aux formes et aux couleurs variées et surréalistes:
Photo-122-copie-1.jpg
Photo-121-copie-1.jpg
Photo-118.jpg
Photo-115.jpg
Photo-087-copie-1.jpg
En rouge, le nombre de secondes restant avant que le feu ne passe au vert. Après, s'affichera en vert le nombre de secondes avant que le feu ne passe au rouge. Un système aussi pratique est vraiment étonnant dans ce pays.
En dehors de l'Amérique des années 50, il y a le communisme. Ah, le communisme. Si l'on fait abstraction du soleil, de la chaleur et des palmiers, Cuba apparait aussi triste que la RDA à la fin des années 1980. Le système de pénurie créé par ces régimes donne un paysage triste, poussiéreux, avec des magasins vides et des architectures et des décors déprimants.
La place de la Révolution, ou comment faire plus triste ?
Photo-100-copie-1.jpg
Photo-102-copie-1.jpg
Photo-105.jpg
Le capitalisme, c'est l'illusion du bonheur par la consommation, illusion entretenue par la publicité. A Cuba, aucune publicité. Vraiment aucune. Elle est malgré tout abondamment remplacée par l'illusion de la propagande, omniprésente, et prêtant à sourire, tellement elle a l'air elle-même si peu convaincue.
Photo-171.jpg
Photo-208-copie-1.jpg
Photo-207.jpg
Retour à l'architecture, avec ce joli quartier construit sur le Malecon :
Photo-080.jpg
Photo-082-copie-1.jpg
Le Malecon, c'est le front de mer de La Havane. C'est un lieu célèbre, mais franchement, c'est très décevant. Les façades sont très délabrées, comme partout, il n'y a pas grand chose à faire, les trottoirs sont rendus extrêmement noirs et glissants par l'huile et le pétrole amenés par les embruns.
Photo-074.jpg
On y trouve tout de même une belle vue sur la mer et la forteresse, mais c'est finalement mieux de voir La Havane depuis la forteresse, en face donc.
Photo-205.jpg
Mais en dehors de La Havane, Cuba est une île, entourée par la mer, et la mer, c'est aussi çà.
Photo-248.jpg
Oui oui, photo perso, réalisée sans trucage, mon Ixus dans une main, une pina colada dans l'autre.
Tout au long du voyage, on croise les habitants, prisonniers de ce système, croisant toutefois des touristes venus d'un autre monde économique et politique. Certains Cubains travaillent dans le tourisme, reçoivent des pesos convertibles, qui leur permettent de consommer dans des magasins spéciaux. Cela doit forcément créer des tensions entre ces "privilégiés" et les autres.
Tous les Cubains croisent les touristes, qui semblent forcément plus riches. Quelques uns demandent de l'argent, mais sans harcèlement. Certains entament même la conversation. Un homme m'a dit, en plaisantant et en français, dans la rue : Cuba, 11 millions d'habitants, 11 millions de policiers. Il m'a serré la main et est reparti en rigolant.
On ne sent donc pas d'oppression. On se demande juste combien de temps ce système exsangue, avec une population au contact d'étrangers, pourra durer. Souvent, çà s'effondre d'un seul coup. On espère juste que çà se fasse sans violence, et qu'ensuite, l'ile garde sa personnalité, qui fait tout son charme et son caractère unique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

André 02/03/2015 13:48

Je tiens à vous remercier pour ces différentes infos. Ma femme et moi irons justement à Cuba pour nos prochaines vacances. Nous avons pris un prêt personnel auprès de cette société : https://www.sofinco.fr/credit-pret/pret-personnel.htm afin que tout soit parfait, et nous avons vraiment hâte d’y être, surtout après avoir lu votre article. Sinon, j’ai adoré découvrir vos récits de voyage. Bonne continuation !