Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 21:22

Quoi de plus terrible que d'être obligé de terminer un travail, que l'on sait moyennement utile, un vendredi soir, quand tous les bureaux sont désertés ? On reste seul, devant son écran, pendant que les autres fenêtres de l'immeuble s'éteignent une à une. Le silence se fait de plus en plus pressant. Quand tout est fini, il est 20 h 30, on a encore une heure de transport devant soit, on aimerait déjà être à la maison depuis longtemps.

 

On retourne à la gare en se dépêchant, même si de toute façon, la soirée est déjà fichue ; le week-end s'annonce mal.

 

Le métro est relativement plein, mais la plupart des voyageurs sont de sortie. Les travailleurs comme moi sont largement minoritaires. J'aperçois juste un quinquagénnaire, austère et sérieux ; je l'imagine comptable ou même pire, commissaire aux comptes. Peut-être est-il notaire, ce qui est guère plus joyeux.

 

A une station, au milieu du petit flot de passagers, monte une fille, jeune, mince, jambes fines sous un pantalon bleu marine ordinaire, talons hauts sombres également banals, très joli visage, cheveux longs, style mannequin anglais. Le haut est tout simplement un heat-tech Uniqlo noir, au col arrondi très largement ouvert. En dessous, la poitrine pointe en toute liberté.

 

Lorsqu'elle s'assied, le mouvement de rotation du buste fait glisser le haut de son sous-pull, dénudant très largement son épaule. Face à elle, le comptable est resté de marbre. De mon côté, la voyant de dos, j'ai plus imaginé que vu, mais rien que cela a embelli mon vendredi soir et bien fait commencer le week-end.

Partager cet article

Repost 0

commentaires