Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 14:58

Au nord d'Insa Dong se trouvent plusieurs lieux ayant abrité l'ancien pouvoir royal coréen : le palais Gyeongbokgung, derrière la porte Gwanghwamun, ainsi que les palais Changgyeonggung et Changdeokgung, au nord-est du quartier d'Insa Dong.

Nous avons visité ce dernier, un matin frais et ensoleillé. Entouré de grands murs le séparant de la ville moderne, il comprend un bâtiment principal, puis des bâtiments annexes, construits au sein ou autour d'une succession de cours, de tailles plus ou moins importantes.

L'entretien des cours intérieures laisse un peu à désirer. Certaines parties, en terre, ne sont pas désherbées, et les aménagements sont basiques, voire inexistants. Cela dit, l'ensemble a beaucoup d'allure. Les bâtiments sont très colorés, généralement en rouge et vert, comme dans la plupart des temples que nous avons visités.

ILeurs proportions sont très harmonieuses, qu'ils soient pris individuellement, ou comparés les uns avec les autres. L'ensemble est grand, avec des parties distinctes, séparées par des cours, créant des espaces aux volumes variés, tantôt majestueux, tantôt intimistes.

Cet ensemble, comme dans les grands temples visités, est recouvert de toits superbes, créant un graphisme plein de ruptures.

Hélas, les horaires ne nous convenant pas, nous n'avons pas pu visiter le jardin. Néanmoins, ce palais a été l'une de nos attractions préférées dans ce voyage.

SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
SEOUL : LE PALAIS DE CHANGDEOKGUNG
Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 22:01

Notre arrivée à Séoul se fait dans l'après-midi, sous la pluie. Nous logeons dans le Center Mark Hotel, à Insa Dong. L'hôtel est très propre, très business hotel japonais. Notre chambre, au 13ème étage, est impeccable. L'hôtel se trouve dans une rue presque en impasse, donc peu bruyante. Il présente l'avantage toutefois d'être proche du métro Jongak, et en lisière d'un quartier animé. Il est également situé à proximité de sites touristiques importants.

Le quartier où nous logeons est Insa Dong. Il se trouve au centre de la ville, sur la rive nord du fleuve Hangang. Le quartier est bordé à l'ouest par la grande avenue qui relie la gare de Séoul à la porte Gwanghamun en passant par l'hôtel de ville. Au nord et à l'est se trouvent d'importants parcs, certains renfermant des palais royaux. Enfin, au sud, se trouve une agréable rivière ainsi que le quartier de Myeongdong.

La première image que nous avons de Séoul est un mélange de tours de bureaux et de toutes petites maisons, comme on peu imaginer qu'il en existe dans les vieilles campagnes chinoises. L'ensemble est peu entretenu, globalement peu élégant, mais toujours propre. Le quartier est animé, on y trouve pas mal de magasins, mais assez chers.


Le premier soir, nous poussons jusqu'à Gwanghamun, grosse porte perdue au milieu d'un carrefour et de tours. La nuit tombe. La ville ne semble pas très éclairée. Ces grandes avenues sont assez grises et peu joyeuses.

Par contre, les petites rues, bien que d'une esthétique peu soignée, sont animées et agréables. Les restaurants sont généralement populaires, peu chers et bons. On trouve aussi des magasins plus modernes, plus branchés, encore peu nombreux mais qui semblent se développer. Nous tombons par exemple sur un immeuble, construit autour d'une cour, et constitué de boutiques sur plusieurs étages, devancées par une coursive à l'air libre.

Plus à l'est, nous tombons sur des ruelles, bordées de vieilles maisons en brique, puis sur des rues bordées de restaurants populaires ; les clients mangent dehors. Quelques restaurants, plus branchés, ou au design plus soigné sont également visibles. On retrouve une Corée très populaire, très basique, mais ne manquant pas de charme, mélangée avec une Corée qui commence à se trouver une personnalité. C'est intéressant, nous sommes curieux de voir l'évolution dans les années à venir.

SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
SEOUL : INSA DONG
Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 22:14

Nous avions décidé de visiter le temple de Haiensa, célèbre pour sa biblithèque renfermant les Tripitaka Koreana, textes bouddhistes sacrés. Ces textes sont imprimés sur plus de 80 000 plaques de bois, renfermées dans un bâtiment ancien, situé à l'intérieur d'un complexe religieux.

Depuis Andong, nous prenons le train, sous la pluie, jusqu'à la gare de Dong Daegu. De là, nous rejoingnons, en métro, la gare routière de Seongdangmot. Sous la pluie, le bus met 2 heures à rejoindre le terminus, d'où un taxi nous mène au temple où nous devions loger.

Le bus et le taxi traversent des forêts montagneuses, parcourues par de nombreux randonneurs. Il est près de 16 h 00, nous pensons donc que nous allons pouvoir profiter de la fin d'après-midi pour randonner, d'autant que la pluie a cessé. Nous imaginons la brume se lever, laissant passer le soleil entre les arbres encore humides.

Finalement, notre logement se trouve dans le temple principal de Haiensa, celui abritant les textes sacrés ! Nous sommes reçus par un jeune moine et une jeune femme, vêtue d'une veste et d'un pantalon en gros tissu marron. Nous allons l'appeler mademoiselle Kim, pour plus de simplicité. C'est une volontaire, qui travaille au temple. Est-elle une personne très religieuse venue faire une retraite ? Dans un anglais laborieux, ils nous expliquent les consignes. 17h35, dîner (tant pis pour la ballade !). 18h05, cérémonie des tambours et prière. 03h15, cérémonie des tambours et prière. 06h05, petit déjeuner. Heureusement, nous arrivons à négocier avec le moine une dérogation pour la prière. Après tout, dans un endroit aussi serein, il faut se reposer et donc dormir !


Le moine prend ensuite congès de nous, nous laissant avec mademoiselle Kim. Elle nous redonne le programme, mais cette fois-ci, ne nous laisse pas vraiment le choix pour la prière de 3h du matin. Nous n'osons nous y opposer. Elle semble vraiment y croire. Comme les convertis, certains laïques sont parfois plus religieux et ont une pratique plus poussée que les religieux eux-mêmes. Y aurait-il des intégristes chez les bouddhistes ? Des "jusqu'au bouddhistes", en quelque sorte ?


Nous rejoignons notre chambre, au rez-de-chaussée du bâtiment, où nous attendent nos vêtements. La chambre n'a aucun charme, ce n'est pas Koya san. Une porte en bois ouvre sur une entrée, puis une grande pièce haute de plafond, sans fenêtre, au sol dur recouvert de lino. Par contre, comme les maisons traditionnelles coréennes, un vide sanitaire a été aménagé sour le sol, ménageant un système de chauffage. Une sorte de chauffage au sol, à la romaine, alors que dans les maisons japonaises, le vide sanitaire sert avant tout à aérer. Ce système de chauffage est vraiment confortable. Au fond de la chambre, une salle d'eau avec WC. Nous devons revêtir un costume marron au gros tissu matelassé.

COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.

Le temps de s'installer, il est l'heure de dîner. Je regrette les succulents repas végétarients de Koya-San. Ici, les repas se prennent dans une cantine, où nous devons garder le silence. Le dîner est très simple et franchement pas appétissant: riz, kimchi, champignons, soupe.

A la sortie de la cantine, nous assistons aux prières. D'abord, sous un auvent, en extérieur, de jeunes moines frappent en rythme sur un gros tambour. Ensuite, nous entrons, déchaussés, dans la grande salle de prière, et écoutons les moines psalmodier. Nous devons nous lever, nous prosterner, nous agenouiller, placer les mains au niveau des oreilles, coudes par terre et main vers le ciel, nous lever, et ainsi de suite. Mademoiselle Kim nous montre l'exemple.


Nous prenons ensuite congès de notre accompagnatrice, puis nous promenons autour du temple pendant que le soleil se couche. Nous nous couchons nous-mêmes à 21 h 00. En face de la chambre coule une cascade. C'est le seul bruit. Un endroit vraiment paisible.

COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.

Le lever et la prière de 3h00 sont vraiment difficiles. Ce sont les mêmes prières que la veille au soir. Tambours sous le ciel étoilé, à moitié endormis, puis prière dans la salle. Les membres sont vraiment très raides, et c'est un effort important de s'agenouiller, de se prosterner, de se relever, et ainsi de suite. Nous suivons mademoiselle Kim, qui, la fatigue aidant, se retrouve parfois à contre temps. Nous aussi. Nous sommes à un moment tous les trois debout pendant que les autres personnes sont prosternées, et inversement.

Il est encore plus difficile de se rendormir après la prière, puis à nouveau de se réveiller à 5h45 pour aller prendre le petit déjeuner. Le repas est à peu près le même que pour le dîner, dans la même salle silencieuse.

Nous avons ensuite rendez-vous avec Mademoiselle Kim, à 7h00. Elle nous a proposé gentiment de nous accompagner pour aller visiter un hermitage dans la montagne. Nous sommes les seuls touristes ce jour-là, elle est aux petits soins avec nous. Avant de partir, elle nous offre un café. En route, nous apprenons qu'elle n'a absolument aucune religion mais qu'elle est juste là pour aider un ami moine, en remplaçant la préposée habituelle, en arrêt maladie.

Nous suivons tous les trois un chemin dans la forêt, qui monte en surplomb d'un ruisseau. Le temps est magnifique, les rayons du soleil matinale passent à travers les arbres ; nous n'entendons que nos pas et la nature. Nous ne rencontrons pas âme qui vive, c'est un moment privilégié avec la nature.


Après l'hermitage, notre accompagnatrice nous laisse tous seuls avec un plan, et nous faisons une marche de plus de 3 heures, d'un temple à l'autre. Temps superbe, frais, paysage magnifique, jalonné de temples. Nous sommes absolument seuls. Un séjour inoubliable.


De retour au temple, nous allons au bâtiment des Tripitika Coreana. Il nous faut ensuite revêtir nous habits civils, prendre congès de notre hôtesse avant de monter dans le taxi puis dans le bus qui va nous ramener à la civilisation.

COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
COREE : HAIENSA. MAGIQUE.
Repost 0
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 21:55

Chaque voyage comporte son moment de flottement, en général une journée ou deux où l'envie baisse, où la fatigue prend le dessus. Généralement, c'est à ces moments que tout s'enchaîne mal, et que l'on perd du temps, alors que l'on devrait profiter au maximum du voyage pour faire le plein de découvertes.

Nous avons connu ce passage à Andong, même si la journée n'a pas du tout été mauvaise. Ce jour-là, nous avons pris le train à Bulguksa, par un matin frais, et ensoleillé. Les vieux wagons, tirés par une vieille locomotive diesel, traversaient des campagnes très vertes, aux nombreuses rizières et aux collines arrondies. La quantité de main d'oeuvre dans les champs m'a surpris. J'ai eu aussi l'impression de voir beaucoup de chantiers de travaux publics.

A l'arrivé à Andong, après plus de 2 heures de train, la ville nous a paru déserte et poussiéreuse. L'hôtel, le Andong Park Hotel, a l'avantage d'être proche de la gare. Vieillot, à la décoration kitsch, il n'en demeure pas moins propre, et l'accueil est fort sympathique. La chambre donne sur les voies ferrées ; pour une fois, nous allons apprécier la faiblesse du trafic ferroviaire.

C'est là que se mèlent la fatigue et le moment de flottement. Et maintenant, que faire ? Nous hésitons entre le village folklorique de Hahoe, recommandé par les guides mais assez loin, et le Andong Folk Village, à 3 kilomètres. La paresse nous incite à opter pour ce dernier, qui semble être du même niveau que le premier.

Le trajet en bus nous semble beaucoup plus long que les 3 kilomètres annoncés. Sur lace, nous commençons par une pause : café et petit gateau de riz, assis par terre dans une maison traditionnelle récemment construite, au bord d'une rivière. Cette pause nous fait beaucoup de bien.

 

COREE : ANDONG

Il fait un temps superbe, des touriste locaux assistent à des démonstrations d'arts traditionnels. Cependant, le village ne présente pas grand intérêt. Nous décidons de reprendre le bus pour la gare, où un autre bus pourra nous mener à Hahoe.

Nous ratons le bus à quelques minutes près, ce qui nous oblige à attendre 40 minutes au bord d'une route, et surtout, ce qui nous fait rater la correspondance et donc la visite de Hahoe. Nous nous retrouvons donc dans la ville, à déambuler dans les rues. Le centre ville est constitué de galeries rues piétonnes, le long desquelles sont alignées des boutiques et des marchés. Là encore, nous voyons beaucoup de dames âgées vendant des légumes ou des herbes.

COREE : ANDONG

Au milieu d'une des rues, coule un ruisseau canalisé. Nous nous asseyons sur les pierres installées à cet effet, et regardant, en nous détendant, les enfants patauger dans l'eau. Les habitants de la ville font leurs courses, se promènent, flânent, se reposent. Il fait un temps magnifique. Nous ne faisons pas grand chose, mais çà fait du bien, finalement.

Nous finissons pas dîner, très tôt, du boeuf de Andong, spécialité locale, en barbecue, assis par terre dans un restaurant populaire à l'accueil sympathique. Situé dans une ruelle, le restaurant s'appelle Gochang Suppul Galbi (transcription approximative).

COREE : ANDONG

Nous finissons la soirée en nous promenant dans les rues du centre, nous arrêtons prendre une boisson dans un café moderne, le genre d'établissement que l'on commence à voir en Corée, même s'ils sont encore très peu répandus.

Andong nous a donné l'impression d'être une ville poussiéreuse et peu esthétique. Dans ces cas, il faut toujours se demander si l'on pourrait y habiter. Cette question permet de prendre du recul et d'observer la ville avec plus de bienveillance. Nous avons alors imaginé que l'un d'entre nous se voyait proposer de passer une année à Andong  par son entreprise. Peut-être pourrions nous dire oui, sous plusieurs conditions : une très bonne rémunération ; que l'autre vienne aussi ; que le logement soit agréable, confortable, et bien situé (un appartement dans le centre de la ville près des commerces ou une maison dans les collines par exemple). Ces conditions remplies, on imagine que l'on découvre son quartier, que l'on sympathise avec quelques voisins et commerçants. Ensuite, on découvre les environs, les collines, la campagne, on fait des randonnées à la belle saison, du ski en hiver, et l'on profite de certains week-ends pour rayonner dans le pays, qui n'est pas si grand. On peut même envisager d'aller passer quelques jours au Japon ! Finalement, Andong devient une ville sympathique.

Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 21:06

Après la visite du village folklorique de Yangdong, nous retournons dans le centre de Gyeongju. De la gare part une grande avenue. Sur les trottoirs, un marché. Des femmes âgées sont assises par terre, vendant de la nourriture et quelques objets vestimentaires.

COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU

Nous déambulons ensuite dans les petites rues adjacentes, rues tranquilles et commerçantes. Beaucoup de vieux commerces, mais quelques boutiques plus modernes, plus soignées. Nous nous arrêtons par exmple pour manger des Gimbap, sortes de maki de légumes, c'est à dire des légumes et du riz roulés dans une feuille d'algue, accompagnés de sauce à base d'huile de sésame. Très bon, et pas cher du tout (moins de 2 € par personne).

Dans la même rue, nous nous arrêtons dans un café, à la décoration moderne, plutôt design, mais prétention, tenu par une famille, dont la petite fille surveille que tout se passe bien. Très sérieuse, c'est une vraie petite patronne. Bon café, plus cher que le gimbap (près de 2,50 € par personne).

COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU

Enfin, nous arrivons dans la partie touristique de la ville, constituée de grands espaces verts, très étendus. De nombreux autochtones y jouent au cerf-volant ou s'y promènent, et on les comprend, tellement l'endroit est agréable, aéré, bien tenu.

Plusieurs monuments s'y trouvent, témoins de la civilisation de Silla, l'une des civilisations à l'origine du pays. On trouve notamment le parc au tumuli, parc comprenant des tombes, comme de grandes collines d'herbe. C'est un très beau parc, vert et ombragé. L'une des principales attractions touristiques du pays, à ne pas rater.

COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU

Nous nous promenons ensutie dans le quartier voisin, aux maisons ancienne, mélange d'Amérique du Sud et de Chine ancienne. Très beaux toits noirs, quelques maisons anciennes reconstruites, généralement des chambres d'hôtes. Nous déambulons dans le quartier, pas très riche, mais qui, bien arrangé, pourrait avoir beaucoup de charme. Dans quelques années, j'espère, après quelques rénovations, cela pourrait devenir un endroit très joli, à l'image des vieilles rues de Kyôto. Il reste toutefois encore beaucoup de travail.

En tout cas, ce fut une journée magnifique, tant pour le temps que pour ce que nous avons pu visiter.

COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
COREE : LES TUMULI DE GYEONGJU
Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 20:39

La Corée aime bien les villages folkloriques. Avant le départ, je n'avais pas prévu d'en visiter, même si une amie connaissant bien le pays m'avait conseillé d'en visiter au moins un. On verrait, avais-je pensé.

Il en existe de plusieurs sortes. Certains ont été recréés artificiellement, d'autres sont authentiques. Ils sont habités, soit par une population d'origine, soit payée pour habiter sur place dans des conditions folkloriques.

A Yandong, nous avons affaire à un village authentique, préservé, dans lequel la population vit, généralement d'activités agricoles. Certains travaillent également dans la région, Gyeongju n'étant pas loin.

Sur place, en dehors des maisons elles-mêmes, se trouve également une école, et quelques commerces, essentiellement des cafés et des restaurants.

Blotti dans une vallée, près d'un fleuve, entre des collines, le village est constitué de plusieurs dizaines de maisons, généralement en torchis, et recouvertes d'un toit de chaume. sur les hauteurs, des maisons plus grandes, construites en matériaux plus nobles, sont la propriété des anciennes familles nobles du village. Elles sont généralement inhabitées, ces familles préférant vivre "normalement", en tout cas pas sous le regard des touristes qui défilent dans le village.

L'accès se fait depuis la gare routière de Gyeongju, en une trentaine de minutes par le bus 203. L'entrée du village est payante. Nous avons utilisé les services d'une guide anglophone, fort sympathique.

Il faisait un temps superbe, et la visite a constitué une promenade très agréable au milieu des maisons traditionnelles, entre les collines boisées et arrondies. Nous avons même pu voir un mariage traditionnel, tout à fait authentique, et pas du tout organisé pour le tourisme.

COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
COREE : VILLAGE FOLKLORIQUE DE YANGDONG
Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 21:59

A Gyeongju, nous avions un hôtel en dehors de la ville, dans un quartier très vert, réservé aux hôtels et aux golfs. Nous étions logés au kolon Hotel, de style communiste luxueux, disposant d'un golf. Nous avions une vue très dégagée sur les collines lointaines.

Depuis la gare Bujeon, à Busan, nous avons mis 1 h 45 pour rejoindre la gare de Bulguksa. De là, un bus nous menait en une petites dizaine de minutes à proximité de notre hôtel.

Une station de bus plus loin, c'est à dire à moins de 10 minutes à pied, se trouve le temple Bulguksa, l'une des attractions majeures de Gyeongju. C'est un temple et un monastère bouddhiste, l'un des plus anciens de Corée, même si la plupart des bâtiments sont des reconstructions récentes.

Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, il est situé dans un site paisible, à flanc de montagne, dans un environnement boisé. Le temple lui-même est constitué de nombreux bâtiments et pagodes, construits sur des plateaux posés à différents niveaux. Après l'entrée, on arrive sur une grande esplanade, arborée, bordée par un long bâtiment imposant. D'autres petits bâtiments y sont édifiés, et notamment une boutique vendant des tuiles servant d'ex-votos.

Le bâtiment principal est en hauteur, et on y accède par de superbes escaliers en pierre. A l'arrière du bâtiment se trouvent des cours, de différentes hauteurs, reliées par des escaliers, et toutes bordées de très beaux bâtiments.

L'ensemble est coloré, d'autant qu'on est en train d'installer les lanternes pour l'anniversaire de Bouddha. Les touristes sont peu nombreux. Des Coréens prient, notamment une petite fille, les mains jointes. A la fin de sa prière devant le Bouddha, elle fait un signe de croix.

Après la visite, nous prenons un taxi qui nous mène par une route sinueuse plus haut dans la montagne, au temple de Seokguram. Du parking, on prend un chemin piétonnier à travers la forêt. La température est beaucoup plus fraiche. De nombreux écureuils font des apparitions.

Seokguram est un site beaucoup plus petit que Bulguksa. C'est un lieu de pélerinage constitué d'une grotte artificielle abritant un Bouddha. L'endroit est rafraichissant.

Ces deux sites sont à visiter absolument si l'on passe à Gyeongju, ce sont des témoins majeurs du bouddhisme coréen et donc de la culture du pays, comme peut l'être également le temple de Haiensa, que nous visiterons un peu plus tard.

COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
COREE : GYEONGJU - BULGUK SA
Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 21:10

En sortant de l'hôtel, nous allons visiter un quartier commerçant, près de la gare, qui se révèle être une rue chinoise. Le China Town de Busan, apparemment, tout en rouge et jaune. Vêtements, nourriture, restaurants. Nous faisons ensuite un tour dans la gare, peu fréquentée. Sur le parvis, des personnes âgées, assises, discutent.

COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA

Toutefois, le but de la journée est la visite du temple de Samgwangsa, présenté comme l'un des plus beaux, sinon le plus beau de la ville. Par ailleurs, nous nous trouvons en Corée pendant les fêtes d'anniversaire de Bouddha. Or, à cette époque, pendant un mois, les temples sont décorés de lanternes de couleur.

Pour rejoindre le temple, nous prenons la ligne 1 du métro, jusqu'à Seomyeon, à l'intersection avec la ligne 2. Puis nous prenons le bus 81, qui nous amène en une vingtaine de minutes dans un quartier complètement anonyme, et plutôt triste. Certaines parties rappellent la Chine, avec de grands immeubles. Le reste, à proximigé du temple, est plutôt construit de petites maisons, et comporte de nombreux commerces fermés. Peu de monde dans les rues.

COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA

En haut d'une colline se trouve le temple, dont le bâtiment principal domine le quartier. On peut aller jusqu'à l'entrée par la route, mais on peut aussi gravir un escalier, décoré d'animaux en papier : singe, coq, lion, lapin, souris... Tout l'horoscope chinois est là.

COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA

Le temple lui-même est un ensemble de taille importante, composé de multiples bâtiments, reliés par des escaliers et des chemins, au flanc d'une colline boisée. Le site est très beau, et les bâtiments forment un ensemble superbe.

Construits en bois, ils sont très colorés, peints dans des tons où dominent le rouge et le vert. Ils sont recouverts de nombreux toits recourbés, tantôt rectangulaires, tantôt hexagonaux. J'ai beaucoup aimé ces ensembles de toits, que j'ai retrouvés dans d'atures lieux au cours de ce voyage. Les toits, c'est presque ce que j'ai préféré en Corée.

Devant et entre les bâtiments, des centaines, peut-être des milliers de lanternes de papier ont été installées, formant des ensembles multicolores. On peut aussi voir des lanternes en forme de dragon ou d'éléphant. Enormément de couleur, ensemble très vif et gai.

COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA

Mais bien entendu, il faut prendre son temps, se promener tranquillement, rentrer dans les bâtiments accessibles au public, observer les peintures, les architectures. Cela permet de se détendre, d'autant qu'il y a peu de monde, en attendant que la nuit tombe.

Au crépuscule, il y a un peu plus de monde, mais ce n'est pas la cohue, ce qui permet à l'atmosphère de rester sereine. Le ciel s'obscurcit, les lanternes s'allument, leur lumière se fait plus forte. Pendant que les bâtiments disparaissent dans l'ombre, les lanternes s'illiminent de multiples couleurs. L'atmosphère reste calme et féérique. A l'entrée du site, les dragons s'animent, tout comme l'éléphant. Les animaux du zodiaque gardent toujours l'escalier, protégeant notre descente.

COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
COREE : BUSAN, TEMPLE DE SAMGWANGSA
Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 20:45

Tôt le matin, nous quittons Jeju pour Busan. L'aéroport est très animé, et semble assez grand. Je le compare à Orly. Vérification faite, son trafic est aussi important que l'un des deux terminaux d'Orly, ce qui est beaucoup pour une ville de province située sur une île.

Nous décollons par un temps magnifique. Au départ, l'avion longe la côte de Jeju, et nous permet de voir Hallasan, puis Seongsan et Ilchulbong, superbement éclairés par la lumière matinale. L'atterrissage est stressant, l'avion faisant un virage à 270 degrés à très basse altitude, pour se poser dos à la montagne, face à la mer.

Nous prenons un bus pour rejoindre le Crown Harbor Hotel, très bon établissement, idéalement situé près de la sation de métro de Jungang, très proche du port et du marché de Jagalchi. Nous nous rendons à pied vers le marché, en traversant un quartier agréable, fait de petites rues semi-piétonnes. C'est d'ailleurs dans ce secteur que se trouve la célèbre rue des 40 marches.

COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT

Au bout de ces rues se trouve le port. Il est très animé, et comprend une partie dédiée à la pêche, une aux ferrys, et une à l'entretien des bateaux. Il est même en partie traversé par un grand pont et des routes à large voie. C'est le plus important port du pays, la ville étant construite sur un delta, et sa position au sud-est du pays la rendant plus accessible depuis le Japon et le reste du Pacifique. Il est de plus situé dans un très joli site, entouré de montagnes boisées.

COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT

Le long du port se trouve le marché de Jagalchi, avec une large halle dédiée aux poissons. A l'étage se trouvent plusieurs magasins, et un restaurant, comprenant des dizaines de tables posées sur une estrade derrière une baie vitrée donnant sur le port.

A l'extérieur, dans les rues adjacentes, se trouvent aussi des marchands de poisson, certains installés à même le sol.

COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT

En s'éloignant du port, on trouve des rues toujours très animées, et très commerçantes. Des marchands ambulants vendent des fruits, légumes, herbes, ou de la nourriture cuisinée sur place, à consommer dans la rue, comme des beignets ou des raviolis. Attention, vérifier s'ils ne sont pas trop épicés, vous pourriez avoir des surprises.

Ensuite, plusieurs rues couvertes, ou galeries, vendent toutes sortes d'articles, vêtements, ustensiles, mobilier, linge de maison. C'est vraiment le souk de Busan.

Il existe également une partie réservée aux livres, avec de petits passages bordés de bouquinistes.

COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT

Ce quartier se constitue ensuite en colline, accessible par des escaliers ou des ruelles bordées de petites maisons. En regardant ce quartier, de loin, m'est venue l'image de l'Amérique du Sud. Valparaiso. Je n'y ai jamais mis les pieds, mais le nom m'est subitement apparu. J'ai dû en voir des photos à une époque, les images me sont restées dans un coin du cerveau. En tout cas, de retour à la maison, j'ai regardé les photos de Valparaiso, et je confirme, çà ressemble à Busan. Par ailleurs, les deux villes sont jumelées ! Néanmoins, Busan, avec ses 3 700 000 habitants, est 12 fois plus importante que sa soeur chilienne.

Si l'on gravit ces collines, on peut atteindre la tour de Busan, qui domine tout ce quartier. Les points hauts donnent une vue sur le port, tout comme la terrasse superbement aménagée du grand magasin Lotte, situé à l'entrée du marché Jagalchi.

C'est un quartier animé et pittoresque, à mon avis l'un des plus intéressants de la ville.

COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
COREE : BUSAN, LE QUARTIER DU PORT
Repost 0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 20:37

Nous quittons Seogwipo, bien trop tôt hélas, sans avoir eu le temps de visiter ni Seongsan ni Hallasan, ni les champs de thé. Il faudra revenir et passer plus de temps dans l'île. Le bus n° 600 relie Seogwipo à l'aéroport de Jeju, en faisant une halte près du Sky Park Hotel. C'est un très bon hôtel, il a d'ailleurs reçu le Rakuten Travel Award.

Du peu que nous avon vu, la ville n'est pas spécialement belle, mais elle a l'avantage d'être située au bord de la mer, et d'avoir de nombreux espaces verts. C'est une ville active, et apparemment pas désagréable. Avec plus de 400 000 habitants, la ville est dynamique, bien tenue, et possède quelques rues commerçantes bien achalandées.

Nous visitons d'abord le marché de Dong Mun (porte de l'est). Très intéressant et animé, il est assez grand, comprenant plusieurs allées couvertes, sans compter l'activité dans les rues alentours. On y trouve de tout, et notamment beaucoup de poissons et fruits de mer, mais aussi des légumes, des herbes, des fruits (les oranges de Jeju), des algues, du piment, des sauces, des ustensiles...

COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI

Derrière le marché, les rues montent, traversant des quartiers construits de petites maisons, et conduisant à un un quartier aéré et vert. On y trouve notamment le musée national de Jeju, qui présente de façon agréable l'histoire et la culture de l'île. Derrière, un parc très agréable permet de se détendre, et propose même des instruments de sport et musculation.

Juste à côté, on peut aussi visiter le sanctuaire Samseonghyeol. Il renferme les trois trous desquels sont sortis les trois demi-dieux ayant fondé l'île de Jeju. C'est un ensemble de bâtiments, entourés d'un parc arboré, très reposant. Un bien joli endroit, surtout sous une douce lumière de fin d'après-midi.

Après çà, il ne nous restait plus qu'à dîner du porc noir de Jeju, puis de rentrer à l'hôtel.

COREE : JEJU-SI
COREE : JEJU-SI
Repost 0