Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:21

D'après diverses études, d'année en année, le nombre de Français partant en vacances a tendance à diminuer, au point que cette année, près de la moitié d'entre eux ne seraient pas partis. Comme on dit depuis plus de 30 ans : c'est la crise. A ce sujet, les commentaires semblent unanimes, dénonçant tous cet état de fait.

 

Pourtant, parmi tous ceux qui regrettent que la moitié de leurs concitoyens restent chez eux toute l'année, combien imaginent ce que seraient les vacances si 100 % des hexagonaux partaient ? J'ai personnellement comblé ce vide et fait la liste, certainement inexhaustive, des conséquences de ce départ massif et général. Imaginons donc que 100 % des Français, donc le double du nombre actuel, partent en vacances. Ce serait :

 

- deux fois plus de voitures sur les routes, donc non pas deux fois plus d'embouteillages, car à partir d'un certain degré de blocage, la moindre voiture crée un effet exponentiel.

 

- Deux fois plus de queue aux pompes à essence, dans les toilettes des stations service, et aux machines à café.

 

- Deux fois plus de voitures sur les parkings des aires de repos, alors qu'en temps ordinaire, se garer est mission impossible.

 

- Deux fois plus de personnes en short et marcel occupant les places du restaurant, mangeant goulument des gros steacks bien gras avec des grosses frites dégoulinantes d'huile industrielle.

 

- Deux fois plus de papiers gras volant au gré du vent.

 

- Deux fois plus de monde dans les gares et les aéroports. J'avais vu à ce sujet un reportage très drôle sur la gare de Lyon un jour de départ, où il devait y avoir 350 000 passagers dans une journée, soit 5 à 10 fois moins que le trafic quotidien des plus grandes gares du monde. Imaginons donc deux fois plus de monde dans les gares, tout en sachant que la SNCF (comme la RATP d'ailleurs) se noie dans un verre d'eau au moindre grain de sable dans sa vieille machine plus vraiment huilée. La catastrophe donc.

 

- Deux fois plus de monde dans les trains, car il ne faut pas s'attendre à ce que la SNCF ajoute des trains supplémentaires. Pour prouver cet assertion, il suffit de se rendre sur la ligne C du RER, à Paris, et de constater que l'été, les trains sont tous longs, sauf ceux en direction de Versailles, de loin les plus fréquentés du fait de la présence des touristes. Deux fois plus de monde dans les trains, c'est à dire deux fois plus de bagage qu'on ne sait où poser, deux fois plus de cris d'enfants mal élevés, deux fois plus de queue à la voiture bar, deux fois plus de saleté dans les toilettes, une température encore plus élevée dans les wagons que la climatisation est en panne...

 

- Deux fois plus de corps rougis et huileux sur des plages déjà surpeuplées voire inaccessibles, deux fois plus de ballons atterrissant précisément à l'endroit où il ne fallait pas qu'ils atterrissent, deux fois plus de papiers gras, de mégots...

 

- Deux fois plus de voitures cherchant désespérément une place introuvable sur les sites touristiques.

 

- Deux fois plus de Jeanine (désolé pour les Jeanine, c'est juste un exemple) vociférant dans leur téléphone pour dire à Jacqueline (désolé aussi pour les Jacqueline) qu'ici, à Etretat, il fait très beau, le paysage est magnifique, est-ce que Roger (désolé une nouvelle fois) a bien fermé le robinet du gaz sous l'évier derrière les bouteilles de Saint-Marc ménage.

 

Comme mentionné, cette liste est loin d'être exhaustive, et il est clair que si 100 % des Français partaient en vacances, ce serait encore (beaucoup) plus l'enfer.

 

Personnellement, et au risque d'être à contre courant, je dirais que 20-25 % de Français en vacances, ce devrait être le grand maximum à ne surtout pas dépasser. Surtout pas ! A la conditions, bien entendu, que je fasse partie des heureux élus.

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 13:08

Polémique : ce mot revient un nombre incroyable de fois dans les informations télévisées ou radiophoniques. Cette semaine par exemple, sur France Info, je l'ai entendu trois fois au cours d'une tranche d'un quart d'heure.

 

Pourtant, si j'écoute France Info, c'est justement pour avoir des informations, c'est à dire des faits, les plus complets possibles, ainsi que des explications de ces faits. Dans un second temps, doivent venir les interprétations, les analyses.

 

A la base, une polémique est une discussion. Aujourd'hui, c'est essentiellement une controverse, un ensemble de critiques vives, peu constructives, touchant même parfois au procès d'intention. Une polémique n'est donc en rien une information.

 

Pour un journaliste, la polémique présente plusieurs avantages. Dans un premier temps, cela lui évite un travail long et fastidieux de recherche de faits, d'éléments, d'explications, d'investigation, de recoupements. Il suffit d'interroger une personne, de diffuser quelques extraits, et le travail est terminé. Dans un second temps, il est plus facile d'obtenir une audience en relayant une discussion brutale et stérile - au besoin en ajoutant de l'huile sur le feu - qu'en décrivant des événements de façon factuelle. Enfin, dernier avantage, relayer une polémique permet de se faire passer pour un contributeur d'idées.

 

En réalité, un journal d'investigation, tel le Canard Enchaîné, effectue un vrai travail de recherche, d'analyses et de recoupements, afin de mettre au jour des faits. C'est un travail autrement plus complexe que la retransmission d'une polémique.

 

L'un des derniers exemples en date est l'insulte de "sale mec" que François Hollande aurait proférée à l'égard de Nicolas Sarkozy. Les partis politiques se sont engouffrés dans la brèche, pour faire naître une polémique, aussitôt relayée par la presse.

 

Pourtant, est-ce une information ? Non, bien entendu, puisque les faits sont non établis, du moins sortis de leur contexte. En matière politique, finalement, quelles sont les vraies informations, les plus importantes, les plus utiles ? Une insulte de bas étage même pas prouvée, ou bien la situation économique, sociale, etc. ? Vous connaissez ma réponse.

 

Personnellement, j'aimerais savoir ce qu'il se passe réellement dans le pays, ce que le gouverment actuel a réellement fait pendant les quatre dernières années, et ce que les autres partis proposent concrètement. Prenons un exemple au hasard : la TVA sociale. Pourquoi n'entend-on pas d'économistes nous présenter les avantages et les inconvénients, réels et supputés, de ce système, et ce, d'une façon complète, concrète, et dépassionnée ?

 

Cela obligerait les gouvernants et les opposants à prendre des positions plus claires, plus techniques, moins politiciennes, et à élever leur niveau. Face à une situation donnée, on demande à un responsable d'agir, pas de parler. Nous aurions tant à gagner à remplacer les discussions stériles par une information factuelle.

Repost 0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:56

C'était l'info de la semaine dernière : la tempête Irene allait s'abattre sur New-York, cà allait être terrible. Cà y est, la tempête est là, c'est terrible. Voilà, elle est passée, c'était terrible, mais moins que prévu. Tout le week-end, les journaux n'ont pas arrêté de nous abreuver avec cette grosse "trempette" tropicale.

 

Des typhons, des ouragans, des tempêtes, il y en a des dizaines chaque année à travers le monde. Il y en a actuellement en Asie, mais aucun journal n'en parle.

 

Irene n'a visiblement pas été pire que les autres, mais nous en avons été saturés, parce que, tout simplement, çà se passe aux Etats-Unis. Et, comme à chaque fois, dès qu'un non événement se produit aux Etats-Unis, et principalement à New-York, il faut que çà fasse la une, même si çà n'intéresse personne.

 

Bientôt, c'est le 11 septembre : déjà, çà commence : interviews de personnes qui n'y étaient pas, d'autres qui n'ont rien à dire... Je crois que je vais me couper du monde pendant quelques jours...

Repost 0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:02

Premier exemple : Roman Polanski. Considéré par beaucoup comme un génie du cinéma, auteur de nombreux films primés et encensés. Un grand du grand écran. Paralèllement, il a été poursuivi pour des faits de viol sur mineure par la justice indépendante d'un pays démocratique. Bien qu'ayant toujours fui la justice, il a fini par être arrêté en Suisse. Quel ne fut pas le tollé du milieu du cinéma. On osait poursuivre l'un des leurs !

 

Lorsque Polanski a été arrêté en 2009 en Suisse, j'ai failli tomber de ma chaise en entendant la déclaration de Serge Toubiana, président de la Cinémathèque Française. Selon lui, un cinéaste ne devrait pas être arrêté, surtout en Suisse, pays neutre, où tous les artistes devraient pouvoir circuler librement. D'après monsieur Toubiana, un pays neutre serait donc un pays dans lequel les lois ne s'appliqueraient pas aux artistes. Dans les autres pays, les artistes sont de toute façon aussi au dessus des lois.

 

S'en est suivie une pétition, signée par de nombreux artistes, dont Nadine Trintignant.

 

Plus récemment, monsieur Toubiana se réjouissait de la libération du réalisateur : "Après plusieurs mois de calvaire, Roman Polanski va enfin pouvoir quitter son chalet de Gstaad..." Ah, les prisons dorées, quel enfer, que ce soit à Gstaad ou à New-York.

 

Deuxième exemple : Cesare Battisti. Lui a été condamné, toujours par la justice indépendante d'un pays démocratique, pour plusieurs meurtres. Meurtres commis pour des raisons politiques, donc meurtres fascistes. Ce devrait être une circonstance aggravant des fautes déjà très graves. Sauf pour lui, car il est... écrivain. Or, d'après certains écrivains, il est intolérable que l'un des leurs soit soumis aux mêmes lois que les autres, même pour les fautes les plus graves.

 

Troisième exemple : Bertrand Cantat, chanteur, compositeur. Lui a tué sa femme. Tout simplement. Condamné à 8 années de prison (ce qui peut paraître peu), il en a purgé 4. Par contre, le monde des artistes ne l'a pas beaucoup soutenu. Et pour cause, la victime n'était autre que l'actrice Marie Trintignant. Cette fois-ci, le monde du cinéma a décidé d'être du côté de la victime.

 

Selon que vous serez artiste ou citoyen lambda...

Repost 0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 16:29

N'ayant pas de télé, je regarde le sport lorsque je vais à la salle de gym. Cà m'occupe pendant que je pédale ou que je récupère entre deux exercices, mais également, çà me motive. Lorsque j'ai un petit coup de mou, je regarde le sportif dans sa souffrance, et je m'accroche.

 

C'est ainsi que l'autre soir, ma persévérance a été récompensée. De mon vélo qui n'avance pas, je pouvais distinguer l'épreuve de saut en longueur féminin. Non pas que cette discipline m'intéresse particulièrement - je préfère en effet le saut en hauteur (tout aussi féminin) avec ses athlètes grandes, fines, aux jambes interminables - mais je n'avais que çà à me mettre sous les yeux. Et j'ai cru apercevoir une charmante jeune fille blonde, apparemment heureuse. Je n'ai pu voir son nom, mais seulement le drapeau autrichien indiquant sa nationalité.

 

Une fois arrivé à destination (le point de départ) et descendu de mon vélo, je me suis rendu dans la partie musculation, où Eurosport m'a à nouveau offert la victoire de cette même jeune fille blonde, au physique de sauteuse en hauteur. Avec son sourire irrésistible, elle envoyait des baisers en direction de la foule. Son bonheur (notamment) faisait plaisir à voir.

 

Je me suis dit que finalement, j'avais tord d'être sectaire : pour les sauteuses, il n'y a pas que la hauteur ; la longueur, c'est bien aussi. M'intéressant au sport, j'ai décidé d'approfondir cette discipline en regardant attentivement les ralentis, les gros plans, sous tous les angles que la technique audiovisuelle moderne autorise.

 

Et j'ai pu également découvrir que cette jeune déesse du stade n'était pas autrichienne mais lettone (de Lettonie), et qu'elle se nommait Ineta Radevica (avec un accent en demie lune inversée sur le C).

 

De retour à la maison, je me suis précipité sur Google, où j'ai découvert que cette jeune personne était tellement charmante qu'elle avait posé pour le magasine Playboy. C'est un signe, même si en leur temps, Danielle Gilbert et Pierrette Le Pen s'étaient adonné à la même activité.

 

Il y avait déjà la coureuse (cycliste) Cynthia Compain, également danseuse au Lido. Il y a maintenant la sauteuse Ineta Radevica, playmate entre deux sauts. En voyant le mois dernier le fiasco de l'équipe de France de Ribéry, j'avais un moment douté que le sport pouvait être beau. Je viens de réviser ma position.

 

Pour vous convaincre à votre tout, voici une vidéo de la belle lettone en pleine action. Vous pourrez admirer sa superbe foulée, et son plaisir vraiment communicatif. Vous me direz ensuite si les types placé au bord de la piste pour voir si l'athlète a mordu la planche paient pour cela.

 

 


Women's Long Jump - European Championships 2010

 

Quelque chose me dit que cette jeune fille ira loin. Et beaucoup la suivront jusqu'au bout. Il suffit finalement de pas grand chose pour motiver les gens à faire du sport.

Repost 0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 19:06

Aujourd'hui, 14 juillet, la France fête sa Révolution, sa conquète de la liberté, de la justice et de la démocratie par le peuple. Dans trois semaines exactement, elle fêtera l'abolition des privilèges.

 

211 ans après ces événements, deux affaires font la une de l'actualité.

 

La première est l'affaire Woerth, purement franco-française. Je ne jugerai pas de la culpabilité du ministre, n'ayant aucun élément pour le faire, et de toute façon, pour le moment, il est seulement soupçonné, donc présumé innocent. Seulement voilà : des éléments, des témoignages, visiblement de plus en plus concordants, l'accusent. Il se défend, c'est son droit le plus absolu et légitime.

Par la suite, des journaux indépendants publient des témoignages venant démentir, les unes après les autres, ses allégations, et reculer sa ligne de défense. N'importe qui, dans sa situation, saisirait un juge indépendant, afin de faire établir la vérité.

Au lieu de cela, nous assistons à la saisie d'un procureur ami du pouvoir, hiérarchiquement soumis à ce même pouvoir, à la saisie d'un service administratif soumis au gouvernement, et surtout, nous assistons à des déclarations désespérées de ministres aux abois. Ces ministres, ayant visiblement perdu tout discernement, et entièrement dépourvus d'arguments, et tels des staliniens poussés dans leurs derniers retranchements, ne trouvent d'autre solution que de traiter les journalistes indépendants de "fascistes".

Eric Woerth est-il innocent ou coupable ? Là n'est pas la question, je ne le sais pas, et on ne le saura peut-être jamais, car c'est un ministre, et il est interdit d'envisager qu'un ministre puisse être coupable. Le loi ne peut s'appliquer à lui, 211 ans après le 14 juillet 1789.

 

La seconde affaire concerne Roman Polanski, cinéaste franco-polonais, poursuivi par la justice américaine, c'est à dire la justice indépendante d'un pays démocratique. Résident en Suisse, pays également libre et démocratique, il était menacé d'expulsion vers les Etats-Unis pour être jugé d'un crime qu'il y aurait commis.

Roman Polanski est-il coupable ? Je n'en sais rien, et je ne me permettrai pas de le juger. Ce n'est de toute façon pas lui que je mets en cause, dans cette affaire qui ne concerne ni la France ni les Français.

Pourtant, certains le soutiennent. Le président de la cinémathèque française, le ministre français de la culture, et toute la "grande famille du cinéma" refusent la possibilité à un juge indépendant d'appliquer la loi démocratique de son pays, invocant le grand talent, le génie de Roman Polanski. La grande famille des saltimbanques, non contente de s'autocongratuler, s'autocélébrer, s'autorécompenser, s'autopleurerdessus lors de l'inénarrable cérémonie des Césars, veut aussi, par "fraternité", c'est à dire par esprit de classe, s'autoprotéger des lois auxquelles les peuples sont soumis.

Monsieur Polanski est-il coupable ? Doit-il être extradé ? Personne d'autre qu'un juge ne peut le dire, même si ses amis, ses frères cinéastes considèrent qu'en tant que grand artiste, la loi ne peut s'appliquer à lui, 211 ans après le 14 juillet 1789.

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 10:26

Juste avant la coupe du monde, un ami m'a offert ce joli lapin crétin, aux couleurs de la France, qui trône, depuis, sur la cheminée de mon salon. Même s'il ne s'intègre pas encore tout à fait dans le style de mon intérieur, il s'intègre au moins dans l'actualité.

 

Photo-278.jpg

 

A l'époque, je n'avais pas vu le rapport entre cet animal à l'apparence stupide et maladroite, et les 23 héros qui allaient courageusement et ardemment défendre nos belles couleurs.

 

Mais après les trois matchs de poule (poule de luxe ou poule mouillée plus que poule de qualification), le rapport vient de me sauter aux yeux, comme le ballon a sauté à la figure de ce pauvre lapin, et le scandale à la figure de nos joueurs, de leur entraîneur, de la FeuFeuFeu, du ministre des sports, et même de notre jogger de Président, qui n'a pu s'empêcher de se discriditer une fois de plus.

 

Voici donc que nos joueurs, faute de courir comme des lapins, passent aujourd'hui pour des crétins.

 

Pour finir, une petite remarque : pourquoi employer systématiquement le sigle EDF pour Equipe de France ? Quelqu'un a t-il vu des lumières dans cette équipe ? Ou alors serait-le sigle de "Equipe de Faignants" ? On a aussi GDF, pour Groupe de Faignéants. Mais çà, c'est du pur propos de café du commerce. Remarquez, le sujet s'y prête.

 

Allez les bleus (du Japon bien sûr) !!!

 

Aïe, eux aussi viennent de perdre. Y'a plus qu'à attendre 2014. Et en attendant, encore une photo de mon lapin, pour le plaisir.

 

Photo-279.jpg

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 19:41

Tout le monde ou presque connait Meetic, le site de rencontres par excellence. Il est même côté en bourse, c'est dire son succès. Le principe est simple : la plupart des gens habitent dans des grandes villes, ont des moyens de communication faciles, peuvent se déplacer sans problème, fréquentent presque en permanence des endroits fréquentés, et la société est très permissive, mais on a besoin de se cacher derrière un ordinateur pour se rencontrer. Passons...

 

Mais non, ne passons pas. On ne se rencontre pas, car on n'a pas envie. Avez-vous déjà essayé de parler avec quelqu'un dans la rue ou dans le métro ? Je ne parle pas de drague ouverte, je parle juste d'échanger un sourire et deux mots. Difficile, n'est-ce pas ?

 

Tous les jours, dans le métro ou dans la rue, on croise les mêmes personnes, mais on ne les connait pas, personne ne se parle. Exception : si l'on a un chien. Là, des personnes nous parlent. Mais le lendemain, quand on n'a plus de chien, les mêmes personnes passent en nous ignorant.

 

Cette indifférence, ce manque de communication ont ouvert des boulevards aux sites de rencontres : la peur de prendre des risques, la peur de se rencontrer directement nous incitent à le faire virtuellement.

 

Mais cela ne suffit plus : nous cherchons maintenant à davantage limiter les risques, d'où l'apparition de sites comme les deux que je viens de découvrir : Droite Rencontre et Gauche Rencontre. J'ai cliqué sur les publicités, et je suis tombé sur des sites incitant à rencontrer des personnes strictement identiques.

 

Certes, les autres sites de rencontre doivent proposer des filtres, car chacun a ses affinités. Mais ici, le refus est déjà un point de départ. On peut alors imaginer des sites pour rencontrer des gens ayant la même religion, la même origine, etc.

 

Evidemment, j'ai fait un essai sur ces deux sites. On laisse ses coordonnées, on se décrit, on dit ce que l'on recherche, on se choisit évidemment un pseudo, et nous voici dans le cercle.

 

Par contre, je trouve que les critères sont limités : taille, poids, âge, couleur de cheveux, couleur d'yeux, et c'est à peu près tout. Sur Droite Rencontre, je ne peux faire la disctinction entre les sarkozistes et les villepinistes, et sur Gauche Rencontre, entre les hollandistes, les royaliens, les aubrisistes, les fabusiens, les langois, les mélanchoniens, les montebourgeois, etc.

 

Et puis il faudrait également subdiviser entre Centre Droite Rencontre, Droite Rencontre, Droite Nouveau Centre Rencontre, Extrême Droite Rencontre d'un côté, et de l'autre, entre Gauche démocratique Rencontre, Gauche écologiste Rencontre, Gauche communiste Rencontre, Extrême gauche non communiste Rencontre...

 

Malgré tout, je ne suis pas satisfait, car je suis militant MODEM ayant malgré tout des sympathies pour Génération Ecologie.

 

Et tant qu'on y est, si l'on veut faire un site rassemblant un maximum de personnes, il faudra créer Abstentionnistes Rencontre.

 

A moins que l'on souhaite vraiment ne rencontrer que des gens comme nous. Dans ce cas, il faudrait créer, rien que pour la France, 60 et quelques millions de sites de rencontre. Moi même Rencontre. Mon nombril Rencontre. Yasaka20 Rencontre. Je vais faire une réunion avec moi-même pour réfléchir sur le sujet.

Repost 0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 16:45
Le 27 janvier dernier disparaissait J.D. Salinger. Quel choc ce fut pour moi ! Imaginez : je n'en avais jamais entendu parler, et pourtant, c'était le plus grand écrivain du monde ! Le plus grand ! Et le meilleur ! Eh oui, je suis passé à côté de çà ! Je suis tellement inculte, que je pensais bêtement que Salinger s'appelait Pierre, que c'était un grand reporter et un ancien porte-parole de la Maison Blanche du temps de J.F. Kennedy.
Mais non, Salinger était surtout LE PLUS GRAND ECRIVAIN DU MONDE. Et les autres ? Victor Hugo, Shakespeare, Goethe, Cervantes, Dante, Tolstoï ? C'est des bons, mais ils sont moins bien. Oui, ils ont du style, mais rien de bien transcendant. Non non, le meilleur, c'est Salinger.

Par contre, une chose m'étonne. Récemment, est sorti un classement des 100 meilleurs livres de l'histoire de la littérature. Parmi eux, aucun écrit par J.D. Salinger. Un autre classement est sorti, sur les meilleurs livres du XXème siècle. Celui de Salinger ne figure qu'à la 88ème position. Le plus grand écrivain du monde n'aurait donc pas écrit le meileur livre. Franchement, dans ce cas, on peut dire que cet homme a gâché son talent !

Ce qui m'étonne aussi, dans ce classement, c'est l'origine des écrivains. Presque tous français, anglais, américains, quelques Italiens, Espagnols, Russes, deux ou trois Arabes, et c'est tout. Ah si, un Asiatique, Kawabata, dans l'un des deux classements. Aucun autre Asiatique, et aucun Africain. A croire que ces continents n'ont rien produit d'intéressant. Peut-être d'ailleurs n'ont-ils pas encore découvert l'écriture ?

Pour la musique, pareil. Le plus grand groupe de rock du monde, c'est U2. Je suis un amateur de ce groupe, mais j'ai du mal à croire que l'on puisse réduire Les Beatles, Les Rolling Stones, R.E.M., et j'en passe, au rang de simple gratouileux du dimanche.

Eh c'est pour tout pareil. Même pour le vin ! Si le meilleur du monde est un rouge nommé Château Margaux, tant pis pour les blancs comme Yquem : il faudra faire un effort sur la qualité pour progresser.

Dans les compétitions sportives, où le classement est un but en soi, on connait déjà la part de chance, la part d'aléa, le millimètre ou le centième de seconde qui font que l'un est le meilleur... et pas les autres. Dans ce cas, le fait d'être le meilleur est déjà très relatif.

Mais pour tout ce qui est subjectif, quel intérêt de faire autant de classements, qui d'ailleurs se contredisent les uns les autres ?

Alors pour terminer, je vais vous donner mon propre classement du moment.

Meilleur écrivain : Milan Kundera.
Meilleur musicien : J.S. Bach.
Meilleur peintre : Nicolas De Stael.
Meilleur vin : Cornas de Durand.

Mais attention, ce classement pourrait changer d'ici peu, voire même, avant !
Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 19:48
Comme tout un chacun, je me dois de donner ma petite opinion sur la grippe A. Je ne suis ni médecin ni scientifique ? Et alors, les malades, même potentiels, n'auraient pas leur mot à dire ?

Alors voilà, madame Roselyne nous dit à longueur de journée qu'il faut nous vacciner, que la grippe A c'est très grave, qu'il y a déjà eu des morts, qu'il faut vraiment se faire vacciner, que c'est vraiment très grave, qu'il y a vraiment eu des morts...

Seulement voilà, vous l'avez reçu, vous votre bon de vaccination ? En général, vous êtes comme moi, même si vous aviez envie d'être piqués, c'est pas possible. Il faut, mais on peut pas. Je connais tout de même des exceptions, des femmes enceintes au dernier degré, qui, munies de leur bon, ont eu le bonheur de faire la queue plusieurs heures dans le froid pour recevoir leur sérum.

Mais rassurez-vous, j'ai la solution au problème de madame Roselyne !

Demain, je vais voir le gouvernement, je lui achète un des vaccins qu'il vend, je file chez mon médecin, et hop, terminé ! Pas besoin d'attendre le mois de juillet pour recevoir mon bon, pas besoin d'attraper froid en faisant la queue devant un centre, et l'assurance de se faire vacciner par un professionel compétent et motivé.

Non non, ne me dites pas merci, je suis sûr que vous avez tous eu la même idée.

Allez, promis, demain, on quitte le Café du Commerce et l'on reparle de bonnes bouteilles.
Repost 0