Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 14:56

Angus et Julia sont frère et soeur et viennent d'Australie. Ils ont commencé leur carrière en 2006 et ont produit 2 albums, A Book like this en 2007, et Down the way qui vient de sortir.

 

En écoute en ce moment sur Deezer, c'est de la pop qui s'écoute, comme on dit. C'est bien travaillé, propre, voire même propre sur soi, très arrangé, mais bien arrangé. Sur la majorité des titres, il n'y a qu'un chanteur, alternativement le frère ou la soeur. Raremement les deux ensembles. Elle a une voix fluette, un peu énervante, lui a une voix plus intéressante, légèrement éraillée et sensible.

 

Les voix sont accompagnées, selon les titres, par de la guitare sèche, de la guitare électrique, du piano, du violon ou du violoncelle. Les débuts des titres manquent parfois de personnalité, mais le développement s'enrichit, et prend de la consistance. On est bien souvent dans ce qui ressemble à une version instrumentale de Moby, sans l'aspect bidouillage électronique.

Certains passages, comme le titre 4, semblent même inspirés par Cold Play.

 

Une musique très agréable, à écouter le soir pour se détendre, ou en voiture. Et vu la jeunesse des membres, c'est un groupe à suivre.

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 20:57
Rassurez-vous, vous n'avez rien loupé en matière de musique. Aucun nouveau groupe ou chanteur, aucune innovation musicale. La chanson française, dite nouvelle (je n'ai toujours pas compris pourquoi on lui applique cet adjectif), est toujours bien présente.

Renan Luce cherche toujours à imiter Brassens, Delerm dort toujours entre Malesherbes et Péreire, Pauline Crozes n'a toujours pas soigné son extinction de voix, Olivia Ruiz ne cesse de caricaturer Mistinguett...

L'événement n'est donc pas musical, vous vous en doutiez, mais sportif. Joey Star au gnouf, on commençait à s'ennuyer ferme côté boxe. Heureusement, Bénabar, chanteur engagé et courageux, a décidé de prendre la relève. D'après des témoins cités par le magasine Closer, au soir du 17 novembre dernier, dans le restaurant Thoumieux (tenu par Jean-François Piège, transfuge du Crillon, un restaurant pour chanteurs engagés donc...), Bénabar se serait jeté sur le neurasthénique Benjamin Biolay, "qui n'aurait pas réagi" (tu m'étonnes !).

La scène n'a apparemment pas été filmée. Dommage. J'aurais bien aimé voir le ralenti. Cà devrait ressembler aux documentaires animaliers sur les limaces qui passent sur Arte au milieu de la nuit.

La raison du pugilat ? Apparemment, le méchant Biolay aurait eu l'outrecuidance de critiquer Bénébar, grand défenseur de nos valeurs démocratiques. Monsieur Biolay, c'est pas bien de critiquer les gens gentils et tolérants. Et puis c'est pas bien de dire du mal dans la "nouvelle" chanson française, si lisse, si linéaire, où ni une note, ni un mot, ne doivent être plus hauts que l'autre.
Repost 0