Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 21:50

Je vous propose une petite expérience. Dites autour de vous, à vos collègues, vos amis, vos connaissances, que allez en Corée. Comptez alors le nombre de personnes persuadées d'avoir inventé la blague du siècle en vous demandant : "Corée du Nord ou Corée du Sud ?" Croyez-moi, vous approcherez, voire atteindrez le 100 %.

Les premières fois, vous sourirez poliment. Puis, petit à petit, votre sourire se fera plus faible, moins poli, jusqu'au moment où vous vous entendrez dire, à des personnes que pourtant vous aimez beaucoup, que ce n'est jamais que la 150ème fois que vous entendez cette blague, certes fort drôle, mais pas franchement neuve.

Il est vrai que nous entendons parfois plus parler des actions de la Corée du Nord que de la culture de la Corée dans son ensemble ou des réalisations de la Corée du Sud. Nous avons une image très lointaine, voire folklorique, de la division du pays. Nous l'assimilons même à la division de l'Allemagne, en pensant que tôt ou tard, une réunification se fera, naturellement.

Nous n'oublions que trop que la division a donné lieu à une guerre terrible, ayant ravagé le pays, que cette guerre est encore douloureuse, qu'elle est encore présente, toute comme la division. D'un même pays, culturellement et ethniquement homogène, sont nés deux nations, hermétiquement séparées, se tournant presque le dos, et évoluant dans deux directions radicalement différentes, devenant des pays ennemis et étrangers.

La Corée n'est donc pas un pays normal. Au Nord, se trouve une dictature fermée, ayant créé un monde complètement artificiel, basé sur un système unique au monde, et qui ne pourrait pas subsister si le pays n'était pas complètement fermé et sévèrement contrôlé. Le sud est un pays encore pauvre, capitaliste, ravagé par la guerre, qui recommence à se découvrir, et qui essaie de se réinventer, coincé entre le mastodonte chinois, un Japon fascinant dans sa capacité à se réinventer en restant lui-même tout en intégrant les codes de la mondialisation, le tout sous une sorte de pseudo colonialisme bienveillant de la part des Etats-Unis.

Même si le pays vit en paix, dans une sécurité appréciable, la guerre n'est jamais bien loin, même si elle est aujourd'hui à peu près froide. Elle est présente par le nombre de militaires croisés dans la rue, dans les gares - il s'agit d'appelés se rendant à leur caserne ou se promenant, et non de militaires en armes assurant la sécurité des rues. Le service militaire est donc toujours obligatoire, et les informations télévisées montrent régulièrement des exercices militaires.

A Séoul, existe un mémorial de la Guerre de Corée. Entre 1950 et l'armistice de 1953, elle a ravagé le pays, déplaçant des millions de Coréens, et en tuant environ 2 millions. Le mémorial est un grand bâtiment, construit au milieu d'une esplanade, dans un quartier un peu désert.

On y trouve plusieurs momuments, comme celui dédié aux deux frères ayant combattu chacun dans un camp opposé. Sur le côté, sont exposés des avions militaires d'époque.

L'intérieur prend plusieurs heures. Il permet de découvrir des faits souvent ignorés en Occident sur cette période. Il est par contre indispensable de visiter en lisant son guide, car l'exposition, même si elle est bien faite, n'en demeure pas moins très pro Etats-Unis et pro Corée du Sud. Les responsabilités des pays du bloc occidental ne sont pas mentionnées, et le discours est bien souvent de la pure propagande. Très intéressant tout de même à condition de recadrer la présentation avec des explications plus objectives.

SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE

Il est très intéressant ensuite d'aller au Musée National pour découvrir la culture coréenne ancienne. Le musée est un beau bâtiment, agréable, présentant des objets anciens et des oeuvres d'art provenant des anciennes civilisations ayant donné naissance au pays. Il faut y consacrer au moins une demi-journée.

SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE
SEOUL : MEMORIAL DE LA GUERRE ET MUSEE

Partager cet article

Repost 0

commentaires